Téléchargement Gratuit ZoneTelechargement

..

Ement album gregoire les roses de mon silence

Telecharger ement album gregoire les roses de mon silence

Aide


Vous devez vous inscrire afin de télécharger
Veuillez créer un compte gratuitement sur Torrent9 pour accéder aux téléchargements illimités et au streaming !

« Je voulais de la variété, donc des choses variées. Je viens du rock, de la pop… J'ai une discothèque très éclectique de Reggiani à Pink Floyd. Je voulais arrêter de tourner en rond avec la guitare, le piano et la batterie, qui étaient effectivement la base des deux premiers disques. Avant je crois que je me freinais. Mais cette fois, je n'ai voulu m'empêcher de rien. »

Quel a été le déclic qui vous a libéré ?

«  Mon fils. Sa naissance m'a libéré de tout. Là je ne me suis rien refusé. Quand je voulais un accordéon, j'ai pris un accordéon. Quand j'ai voulu un orchestre de 80 personnes, je l'ai pris. Je voulais être complètement honnête et sincère avec moi. »

« Si tu me voyais » tourne en radio, mais quand vous êtes invité en télé vous en chantez d'autres, comme « Les Roses de mon silence », c'est pour montrer cet éclectisme ?

« Je veux qu'on voie que j'ai créé un album entier. Les gens qui aiment les albums d'avant aimeront celui-là, mais je me suis aussi attaqué aussi à ceux qui sont restés bloqués sur une seule chanson sans penser que je savais faire autre chose. Je pense que c'est un album qui peut être un album à digérer. En tout cas, je ne voulais pas un album où on se lance dans l'écoute, avec la même chanson du début à la fin et au bout d'une demie heure, on a fini et on passe à autre chose. Je veux montrer qu'il y a tout un album à découvrir et je ne veux pas qu'il y ait, comme ça s'est déjà passé, une seule chanson qui prenne le pas sur tout le reste. Je pense que si on est ouvert d'esprit, il peut y avoir au moins une chanson qui puisse plaire à chacun.  »

Cette année, il y a eu le projet « Thérèse » (1). Ça a influencé le travail sur cet album ?

« Travailler sur autre chose, c'était me prouver à moi et aux autres, que je n'étais pas ancré dans un seul style. C'était un indice sur lequel j'étais en train d'évoluer. Et puis reprendre des vieux textes, écrits il y a un siècle, par une religieuse morte à 24 ans… Il y avait quelque chose de risqué et passionnant. Mais je ne peux pas dire que cela a influencé mon travail »

Avec « Thérèse » (1), ça fait quatre albums en cinq ans. Et en plus, il y a dix-sept chansons sur ce nouveau disque… c’est beaucoup  !

« Je fais ça toute la journée. Ça me passionne. Là, j'ai 4 projets en même temps… Je ne m'arrête jamais. J'ai écrit deux chansons hier soir entre minuit et deux heures du matin ! Vous savez, dans les années 70, Elton John a fait 17 albums en 9 ans, avec dates de concert par an !

La création est une passion dévorante. Quand vous voyez certains peintres qui font douze toiles par jour, pourquoi on ne pourrait pas faire douze chansons par jour ? Moi j'écris des chansons depuis quinze ans, j'ai envie de faire ça tout le temps. Je suis toujours en train d'écrire une chanson. »

Vous reprenez aussi parfois les mots des autres

« Je me dis que ma popularité peut remettre au goût du jour ou faire connaître certains auteurs à des jeunes. Quand je prends des vers de Racine dans une de mes chansons, parce que je trouve que Bérénice est la plus belle pièce du théâtre français, si un enfant de 10 ans vient me dire un jour qu'il a lu cette pièce grâce à moi, je serai le plus heureux. C'est comme de citer Rimbaud  : si ça donne envie à certains de le découvrir ou de le relire. C'est ma plus belle récompense.

Je sais que ça se passe comme ça Moi, j'ai découvert Elvis parce que les Beatles en parlait. »

En écrivant « Un autre hiver » avec Goldman et en dirigeant « Thérèse », vous avez gagné en crédibilité artistique  ?

« D'avoir écrit avec Goldman, qu'il aime mon idée de faire une chanson originale pour les Enfoirés et que lchanson lui plaise C’st sûr que de la part de quelqu'un comme lui, c'est ne pas rien. Après, les gens vous regardent un peu différemment. () J’ai remarqué que, dans le milieu, on me sait maintenant capable de composer. J'ai plus de demandes. Et moi, je m'assume beaucoup mieux. Je n'ai plus peur de parler de Racine ou d'avoir un humour potache. Avant je jouais le mec sympa, maintenant je ne calcule plus du tout. Je n'ai plus peur d'aller voir des gens que j'adore, qui sont des mastodontes, et de leur dire « j'ai une chanson pour toi ». J'ai la chance d'être à ce stade-là aujourd'hui. Les ventes suivent. Je suis déjà assuré de faire un quatrième album. Tout ça, c'est un luxe absolu. Aujourd’hui, je prends vraiment conscience de la chance que j'ai. »

My Major Company est un label collaboratif, financé par les internautes. Plusieurs artistes sont passés par là pour produire le premier album, puis sont allés vers une autre maison de disques. Vous, vous y restez. C'est de la loyauté ?

«  Je n'oublie pas d'où je viens. Ce n'est pas de la loyauté, mais je ne vois pas avec qui je pourrais m'entendre mieux. Je n'ai aucune raison de partir. Je leur ai dit qu'il y aurait ce troisième album, qu'il y aurait beaucoup de chansons, que ce serait un peu différent, plus mûr qu'il y a trois ans Et je leur ai proposé. S'ils n'en avaient pas voulu, je serais allé voir ailleurs. »

La tournée, qu'est-ce ça va donner ?

«  Je ne veux pas remonter sur scène juste pour chanter des chansons, ça ne me parait pas ultra intéressant. Je veux créer un véritable spectacle. Je veux que quand on coupe le son il reste quelque chose dans les yeux. Je veux que la personne qui me déteste et qui va au concert parce qu'elle est obligée, sorte en se disant, "bon, ce gars-là, il faut le voir". J'ai énormément d'idées ! Je veux tout donner. »

Le fait que vous soyez Picard, ça crée un lien particulier avec votre public du nord de la France ?

«  Je sais que je vends bien ici et que les gens sont chaleureux, mais je suis bien accueilli partout. Je ne suis jamais déçu quand je viens dans le Nord, mais soyons honnêtes, je ne suis jamais déçu nulle part ! J'ai un rapport avec le public très sain, très propre. Avec une relation qui est vraiment basée sur les chansons. Les gens me racontent leur vie, comment ils se reconnaissent dans mes chansons, c'est très touchant. J'ai besoin de ce contact-là, d'être dans la réalité. C'est mon côté, vrai mec de Province ! »

Les Roses de mon silence, chez MyMajorCompany, 17 euros. (1) Thérèse, Vivre d'amour, avec Natasha St Pier, chez Sony Music, 17 euros.


  • Warrior film
  • Gtarcade pc francais
  • Dpstream serie et film
  • Lol inaccessible
  • Prison sous haute tension
  • Vendredi tout est permis du2 novembre 2018
  • The big bang theory lybertiland
  • Police d4ecriture a pour sony vagas pro 15
  • Messagerie instagram pour mac
  • Graver un dvd de jeu ps3