Téléchargement Gratuit ZoneTelechargement

..

Special investigation islam contre islam

Telecharger special investigation islam contre islam

Aide


Vous devez vous inscrire afin de télécharger
Veuillez créer un compte gratuitement sur Torrent9 pour accéder aux téléchargements illimités et au streaming !
Islam

La Kaaba, située à La Mecque en Arabie saoudite, est le centre de l'islam
Présentation
Nom original arabe&#;:&#;الإسلام&#;; Alʾislām («&#;la soumission&#;»)
Nom français islam
Nature Religion distincte
Lien religieux Apport du judaïsme et du christianisme avec changements majeurs disruptifs
Principales branches religieuses Sunnisme (90&#;%) et chiisme
Nom des pratiquants musulman
Croyances
Type de croyance Monothéisme
Croyance surnaturelle Divinité, djinn, ange
Principales divinités Dieu (Allah en arabe)
Principaux prophètes Ibrahim, Moussa, Issa et Mahomet
Personnages importants Mahomet, Ali (chiisme)
Lieux importants La Mecque, Médine, Jérusalem
Principaux ouvrages Le Coran, divers recueils de hadiths
Pratique religieuse
Date d'apparition VIIe&#;siècle
Lieu d'apparition Arabie
Aire de pratique actuelle Monde entier
Nombre de pratiquants actuel milliard
Principaux rites Divers rites suivant branches et mouvements religieux
Clergé Pas de clergé sauf dans le Chiisme.
Classification
Classification d'Yves Lambert Religion de Salut universaliste
Période axiale selon Karl Jaspers Formation des grands empires (IVe&#;siècle&#;av. J.-C. - Ier&#;siècle&#;av. J.-C.), puis des grandes aires civilisationnelles politico-religieuses
modifier&#;

L'islam (arabe&#;:&#;الإسلام&#;; Alʾislām, la soumission et la sujétion aux ordres de Dieu[1]) est une religion abrahamique s'appuyant sur le dogme du monothéisme absolu (تَوْحيد, tawhid) et prenant sa source dans le Coran, considéré comme le réceptacle de la parole de Dieu (الله, Allah) révélée à Mahomet (محمّد, Muḥammad), proclamé par les adhérents de l'islam comme étant le dernier prophète de Dieu[2], au VIIe&#;siècle en Arabie au sud-ouest de l'Asie[3]. Un adepte de l'islam est appelé un musulman&#;; il a des devoirs cultuels, souvent appelés les «&#;piliers de l'islam&#;». En , le nombre de musulmans dans le monde est estimé à 1,8 milliard, soit 24&#;% de la population mondiale[4], ce qui fait de l'islam la deuxième religion du monde après le christianisme et devant l'hindouisme. C’est, chronologiquement parlant, le troisième grand courant monothéiste de la famille des religions abrahamiques, après le judaïsme et le christianisme, avec lesquels il possède des éléments communs.

L’islam se répartit en différents courants, dont les principaux sont le sunnisme, qui représente 90&#;% des musulmans[5], le chiisme et le kharidjisme.

Les musulmans croient que Dieu est indivisible (sans fils)[6] et inimaginable (sans image)[7] et que l'islam est la religion naturelle au sens où elle n'a pas besoin de la foi en l'unicité divine pour constater l'existence de Dieu, cette vérité étant donnée tout entière dès le premier jour et dès le premier Homme (soit Adam)[8]. Ainsi, elle se présente comme un retour sur les pas d'Abraham (appelé, en arabe, Ibrahim par les musulmans) du point de vue de la croyance, le Coran le définissant comme étant l'étalon-pied, la lieue de la Kaaba, le mille d'Abraham (milla ta Ibrahim)[9],[10],[11], c'est-à-dire une soumission exclusive à la volonté d'Allah[note 1],[note 2],[note 3].

Le Coran reconnaît l'origine divine de l'ensemble des livres sacrés du judaïsme et du christianisme[note 4], tout en estimant qu'ils seraient, dans leurs interprétations actuelles, le résultat d'une falsification partielle[12]&#;: le Suhuf-i-Ibrahim (les Feuillets d'Abraham), la Tawrat (le Livre de Moïse[13] identifié à la Torah), le Zabur de David et Salomon (identifié au Livre des Psaumes) et l'Injil (l'Évangile de Jésus[14]).

Le Coran établit l'importance de la Sunna de Mahomet qui est connue par des transmissions de ses paroles, faits et gestes, approbations (y compris silencieuses)[15],[note 5], récits appelés hadîths, auxquels se réfèrent la majorité des musulmans pour l'établissement de règles juridiques (fiqh) permettant la compréhension et l'accomplissement des adorations du musulman au quotidien. Les différentes branches de l'islam ne s'accordent pas sur les compilations de hadiths à retenir comme authentiques. Le Coran et les hadiths dits «&#;recevables&#;» sont deux des quatre sources de la loi islamique, la charia, les deux autres étant le consensus (ijma’) et l'analogie (qiyas). Il établit également le devoir d'aimer la famille de Mahomet (ahl al-bayt, littéralement «&#;les gens de la maison&#;»).

Étymologie

Le mot «&#;islam&#;» est la translittération de l’arabeالإسلام, islāmécouter, signifiant&#;: «&#;la soumission et la sujétion aux ordres de Dieu&#;»[1]. Il s'agit d'un nom d'action (en arabe اسم فعلism fi'l), qui désigne l'acte de se soumettre volontairement, dérivé d'un radical sémitique, s.l.m, à l'origine d'une classe de mots signifiant la concorde, la complétude, l'intégrité ou la paix[16]. Le nom d'agent (en arabe اسم فاعلism fā'il) dérivé de cette racine est مُسْلِمmuslim «&#;celui qui est aminci&#;» en vieil arabe[note 6], mais «&#;celui qui se soumet&#;» en arabe moderne, à l'origine du mot français musulman[17].

On trouve, particulièrement dans les anciens romans de chevalerie, les termes «&#;mahométisme&#;» (anciennement «&#;mahométanisme&#;»[18]) et «&#;mahométan&#;», qui sont tombés en désuétude depuis plus d'un siècle[19]. Ces termes dérivent tous deux du nom francisé «&#;Mahomet&#;». La religion musulmane a, par la suite, été désignée en français par le mot «&#;islamisme&#;» (comme «&#;judaïsme&#;», «&#;christianisme&#;», «&#;bouddhisme&#;», «&#;animisme&#;», etc). Ce terme est de création française et son usage est attesté en français depuis le XVIIIe&#;siècle, Voltaire l'utilisant à la place de «&#;mahométisme&#;» pour signifier «&#;religion des musulmans&#;». Au XXe&#;siècle, le mot «&#;islamisme&#;», remplacé par celui d'«&#;islam&#;» dans cette ancienne acception, a changé de sens et s'est spécialisé pour désigner l'utilisation politique de l'islam[20], l'islamisme devenant alors une doctrine politique qui vise à l'expansion de l'islam[21]. Les termes «&#;islam&#;» et «&#;musulman&#;» ne sont employés couramment en français que depuis le XXe&#;siècle[18].

Le mot «&#;islam&#;» avec une minuscule désigne la religion dont le prophète est Mahomet. Le terme d'«&#;Islam&#;» avec une majuscule[22] désigne la civilisation islamique dans son ensemble[23], «&#;un ensemble de traits matériels, culturels et sociaux durables et identifiables&#;»[24]. Il désigne, au-delà de la religion proprement dite avec sa foi et son culte, une puissance politique et un mouvement de civilisation général[note 7].

Le mot «&#;Musulman&#;» (avec une majuscule) désignait au sein de l'ex-Yougoslavie une des communautés nationales (nationalité distincte depuis ) et la désigne encore dans certains des États qui en sont issus[25]. Au temps du Troisième Reich, dans les camps de concentration, le mot «&#;musulman&#;» ou «&#;muselmann&#;» est utilisé pour désigner «&#;les faibles, les inadaptés, ceux qui étaient voués à la sélection&#;»[26],[27],[28].

Histoire

&#;Articles détaillés&#;: Histoire de l'islam, Origines de l'islam, Genèse de l'islam et Expansion de l'islam.

Pour l'historienne Jacqueline Chabbi, l'islam des origines souffre encore d'un déficit d'historicité. La lecture historico-critique qui s'est appliquée pour «&#;le judaïsme et le christianisme n'a guère touché l'islam jusqu'à présent[29]&#;».

L'islam est apparu en Arabie au VIIe&#;siècle sous l'impulsion de Mahomet. Un siècle après sa mort, un empire islamique s'est étendu depuis l'océan Atlantique à l'ouest jusqu'à l'Asie centrale à l'est. Celui-ci n'est pas resté unifié longtemps&#;; la nouvelle religion a connu dès un premier schisme (première fitna) et plus tard () un deuxième schisme (deuxième fitna)[réf.&#;nécessaire]. Cette période voit se mettre en place la religion islamique, ses dogmes et ses rites. William Montgomery Watt écrit&#;: «&#;On estime en général que le dogme ne s’est développé qu’à partir du califat de ʿAlī&#;»[30], quatrième calife dans la seconde moitié du VIIe siècle. Pour Sabrina Mervin, «&#;l'adoption de l'ach'arisme [Xe-XIe siècles] acheva la construction de l'orthodoxie sunnite&#;»[31]. De même, l'apparition du nom de Mahomet à la fin du VIIe&#;siècle est considérée par Frédéric Imbert comme une évolution dans l'expression de la foi[32]. Cette période est aussi celle de la rédaction du Coran, qui, pour François Déroche, n'est pas stabilisé avant le VIIIe&#;siècle[33],[note 8].

Après l'éclatement politique du premier califat, il y eut des dynasties rivales réclamant le califat, ou la conduite du monde musulman, et beaucoup d’empires islamiques furent gouvernés par un calife incapable d'unifier le monde islamique. En dépit de ce morcellement de l'islam en tant que communauté politique, les empires des califes abbassides, l’Empire moghol et les Seldjoukides étaient parmi les plus grands et les plus puissants au monde.[réf.&#;nécessaire] Le califat abbasside voit se mettre en place une fixation de la religion musulmane. Durant celui-ci (approximativement du IXe au XIe&#;siècle de l'ère commune), la sîra et les hadiths sont mis par écrit[34],[35] et des chaînes de transmission orale reconstruites[36]. Pour Jacqueline Chabbi&#;: «&#;La tradition prophétique s’invente à ce moment-là, à travers ce qu’on appelle les hadiths, c’est-à-dire les paroles et les actes prêtés au prophète sur lesquels on veut calquer sa conduite. Mais c’est une figure complètement reconstruite&#;»[37].

Plus tard, aux XVIIIe et XIXe&#;siècles, plusieurs régions islamiques tombèrent sous les puissances impériales européennes. L'islam ottoman est influencé par la pensée occidentale et connaît plusieurs réformes[38] tandis que naît le wahabisme, prônant un retour aux sources[39]. Après la Première Guerre mondiale, les restes de l'Empire ottoman furent partagés sous forme de protectorats européens.

Bien qu'affectée par diverses idéologies, telles que le communisme, pendant une bonne partie du XXe&#;siècle, l'identité islamique et la prépondérance de l'islam sur des questions politiques augmentèrent au cours de la fin du XXe&#;siècle et le début du XXIe&#;siècle. La croissance rapide, les intérêts occidentaux dans des régions islamiques, les conflits internationaux et la globalisation influencèrent l'importance de l'islam dans le moulage du monde du XXIe&#;siècle[réf.&#;nécessaire].

Démographie et géographie

&#;Articles détaillés&#;: Nombre de musulmans par pays, Conversion à l'islam et Apostasie dans l'islam.

En , le nombre de musulmans dans le monde est estimé à 1,8 milliard, soit 24&#;% de la population mondiale[4]. La diffusion de l'islam, hors du monde arabe, s'explique par la préférence communautaire, les migrations[40] et le prosélytisme[41].

L'islam est aujourd'hui la religion ayant la plus forte croissance démographique[42]. Si les tendances démographiques actuelles se poursuivent, l'islam pourrait dépasser le christianisme et devenir la première religion au monde d'ici [43]. Cette croissance rapide s'explique essentiellement par un taux de fécondité plus élevé permettant un rajeunissement de la population[44].

L'islam est la seule religion dont le nom figure dans la désignation officielle de plusieurs États, sous la forme de «&#;République islamique&#;». Il s'agit alors officiellement de la religion d'État[réf.&#;nécessaire]. Toutefois, ces républiques ne sont pas les seules, plusieurs États mélangent le droit des anciens pays colonisateurs avec le droit religieux comme la Moudawana au Maroc[réf.&#;nécessaire].

Il peut se produire une confusion entre Arabes et musulmans, principalement à cause de deux facteurs&#;: l'origine arabe de l'islam et la place centrale qu'occupe la langue arabe dans cette religion. Il y a environ millions d'Arabes[45], dont la grande majorité est musulmane[note 9]. En réalité, seulement 20&#;% des musulmans vivent dans le monde arabe[44]. Un cinquième de ceux-ci sont situés en Afrique subsaharienne, et la plus grande population musulmane du monde est en Indonésie, suivie par le Pakistan[46]. D'importantes communautés existent au Nigeria, au Bangladesh, en Afghanistan, en Inde, en Iran, en Chine, en Europe, dans l'ex-Union soviétique, et en Amérique du Sud. Il y a 3,3 millions de musulmans aux États-Unis (soit 1&#;% de la population américaine)[4] et 2,1 millions de musulmans «&#;déclarés&#;» en France (soit 3,2&#;% de la population française)[47] selon l'INED et l'INSEE, principalement issus de l'immigration auxquels il faut ajouter les conversions, dont le nombre est très difficile à déterminer d'autant qu'il y a des conversions en sens inverse et des apostats. Toutefois, selon l'IPSOS, la perception du nombre de musulmans est globalement surévaluée dans 40 pays étudiés[48].

Au début du XXIe&#;siècle, l'athéisme est, selon certains sociologues, en forte progression dans des pays traditionnellement musulmans[49].

Les devoirs du musulman

Tout musulman doit normalement respecter des obligations de culte pouvant prendre le nom de «&#;piliers de l'islam&#;» (arkān al-Islām)[50]. Si ces commandements sont d'origines coraniques, leur mise en place s'étend sur les premiers siècles de l'islam. Ainsi, la forme de la Chahada évolue après la mort de Mahomet[51] et certains aspects de la Salat sont encore discutés au IXe&#;siècle[52].

Tronc commun&#;: cinq «&#;piliers de l'islam&#;»

&#;Article détaillé&#;: Piliers de l'islam.

Ces cinq «&#;piliers&#;» (arkān) sont présentés de manière séparée dans le Coran, et leur fixation au nombre de cinq fait référence au hadith selon lequel «&#;L'islam est bâti sur cinq piliers&#;»[note 10]&#;:

1. Chahada («&#;déclaration de foi&#;»)&#;: elle représente une partie credo islamique et consiste en une phrase très brève&#;: écouter («&#;أشهد أن لا إله إلا الله و أشهد أن محمداً رسول الله&#;») «&#;Je témoigne qu’il n’y a de véritable divinité qu'Allah et que Mouhamed est Son messager.&#;», soit la foi en un Dieu unique (tawhid), Allah, et la reconnaissance de Mahomet comme étant son prophète&#;;

2. Salat, l'accomplissement de la prière quotidienne et ce cinq fois par jour&#;;

  • الصبح (Al-Sobh)
  • الظهر (Al-Dohr)
  • العصر (Al-Asr)
  • المغرب (Al-Maghreb)
  • العشاء (Al-Ichâa)

3. Saoum, le respect du jeûne lors du mois de ramadan&#;;

4. Zakat, l'aumône légale envers les nécessiteux, si on est imposable&#;: elle consiste en un prélèvement obligatoire de 2,5&#;% dès un seuil d'imposition de 20 dinars (évalués à 84&#;grammes d'or de 18 carats)[18]&#;;

5. Hajj («&#;pèlerinage&#;»)&#;: il consiste à se rendre à La Mecque au moins une fois dans sa vie, si on en a les moyens matériels et physiques&#;;

Ces cinq «&#;piliers&#;» (arkān) constituent la «&#;[base] de la pratique religieuse de tous les musulmans, [qu'ils soient] sunnites (90&#;% des musulmans[5]) [ou] chiites&#;»[53]. Ces piliers trouvent leurs origines dans les religions pré-islamiques, particulièrement, pour M. Amir-Moezzi, le manichéisme[54].

Dans le kharidjisme&#;: un sixième pilier

En plus des cinq «&#;piliers&#;» ci-dessus, les kharidjites (littéralement, les «&#;sortants&#;» ou «&#;dissidents&#;») rajoute un «&#;sixième&#;» pilier de l'islam[55]&#;:

6. Djihad («&#;abnégation&#;», «&#;effort&#;», «&#;résistance&#;», «&#;lutte&#;» ou «&#;combat&#;», parfois traduit par «&#;guerre sainte&#;»).

Dans le chiisme&#;: jusqu'à dix «&#;auxiliaires de la foi&#;»

En plus des six «&#;piliers&#;» ci-dessus, le chiisme duodécimain (représentant 80&#;% des chiites[56]) en rajoute encore quatre[57], soit dix au total, qu'il nomme «&#;Auxiliaires de la foiAuxiliaires de la foi&#;»&#;:

7. Khoms («&#;cinquième du butin&#;»)&#;: il a été étendu par la suite à tout revenu qui ne correspond pas à un travail ou à un héritage (dons, offrandes, récompenses, primes, etc.) afin de rémunérer les savants considérés comme les héritiers des prophètes&#;;

8. Al Wala' Wal Bara' («&#;la loyauté et le désaveu&#;»)&#;: elle régit les rapports de la Oumma avec le monde extérieur&#;: elle implique de reconnaître l'autorité des douze imams de la maison du prophète Mahomet (Ahl al-bayt) et de se désavouer de leurs ennemis&#;;

9. Amr-Bil-Ma'rūf Wa Nahi-Anil-Munkar («&#;ordonnance du bien et interdiction du mal&#;»)&#;: elle régit les rapports internes de la Oumma[58]&#;;

Taqiya («&#;arcane du secret&#;»[59])&#;: elle consiste initialement à dissimuler sa foi pour échapper aux persécutions religieuses&#;: par la suite, elle sera dévoyée pour cautionner des entreprises de subversion dans le cadre de l'activisme politique&#;: en tout état de cause, elle est volontairement passée sous silence[59].

Les ismaéliens (courant minoritaire) rajoutent aux six «&#;piliers&#;» (arkān)&#;: (7°) la Wilayah («&#;amour et dévotion pour Allah, les prophètes et l'imam&#;»)&#;; (8°) la Tahara («&#;pureté rituelle&#;»)[60]&#;; et (9°) la Taqyia[59]. Par contre, les druzes (branche de l'ismaélisme) les rejettent en bloc[57].

Les croyances de la foi musulmane

&#;Articles détaillés&#;: Foi musulmane et 'Aqîda.

La définition de la foi musulmane («&#;إيمان&#;», «&#;al imane&#;») découle des textes du Coran ou des hadiths. Sans être exhaustif, ces derniers définissent la croyance (ou la foi) par&#;: «&#;La foi (Imane) est que tu croies (1er) en Dieu (2e) en Ses anges (3e) en Ses livres (4e) en Ses messagers et (5e) en la réalité du jour dernier et (6e) que tu croies en la réalité de la destinée, qu'elle soit relative au bien ou au mal&#;»[note 11],[61].

D'autres éléments sont ajoutés au credo islamique&#;: «&#;Quiconque dénie la croyance (en la venue) du Dajjâl, aura, certes, mécru, et quiconque dénie la croyance (en la venue) du Mahdi, aura, certes, mécru&#;»[62][réf.&#;nécessaire]. Sur la base d'autres hadiths, Ahmad Ibn Hanbal a affirmé&#;: «&#;La Balance (des bonnes et mauvaises actions) est vérité, le pont au-dessus de l'enfer (Sirât) est vérité, la foi en le Bassin et en l'intercession du Prophète est vérité, la foi en le Trône divin, la foi en l'Ange de la mort et en le fait qu'il s'empare des âmes, puis les rend aux corps, la foi en le fait que l'on soufflera dans le cor, dans l'imposteur (Dajjâl) qui se manifestera au sein de cette nation, et en le fait que 'Isa Ibn Maryam descendra et le tuera&#;»[63][réf.&#;nécessaire].

Dans la jurisprudence religieuse, l'adhérent à l'islam est nommé mouslim (musulman, circoncis de la chair) et l'adhérent à l'imane est nommé mou'min (croyant, circoncis du cœur), sans pour autant faire de dissociation entre les deux car ces deux termes sont considérés par l'islam comme indissociables et complémentaires[64],[note 12].

Les juristes musulmans ont dit que sans une acceptation totale de la foi (imane) par le cœur, l'appartenance de quiconque à l'islam est invalide. De même, toute conversion à l'islam n'est valable que par la foi (imane) dans le cœur et additionnée de la prononciation verbale des deux «&#;témoignages de foi&#;» (Ach-Chahadah). Cependant, il existe plusieurs degrés de croyants (mou'minoun)[réf.&#;nécessaire].

Dans l'islam, la croyance et la pratique, le fond et la forme, sont intimement liées. En effet, les versets coraniques décrivent souvent le croyant mou'min comme étant «&#;celui qui croit et pratique de bonnes œuvres&#;». Dans la pratique, cela n'exclut pas la présence de croyants ne pratiquant pas (considérés comme «&#;pécheur&#;»), ou des pratiquants ne croyant pas (considérés comme «&#;hypocrites&#;» par l'islam)[64]. Pour l'islam, les actes sont le reflet de la foi et ils ne valent que selon leurs intentions. Autrement dit, les rites sont inutiles s'ils ne sont pas accomplis avec sincérité[65][réf.&#;non&#;conforme].

Allah

&#;Article détaillé&#;: Allah.

Allah (avec l'article agglutiné) est le terme sans pluriel, ni genre, utilisé par les musulmans et arabophones chrétiens et juifs en référence à Dieu, alors que le mot 'ilāh (arabe&#;: إله) est le terme utilisé pour une divinité, une déesse ou un dieu, en général[7].

Le fondement doctrinal de l'islam est que Dieu (Allah en arabe) existe et est unique. Le symbole de l'unicité de Dieu (tawhid) se décompose en trois couleurs primaires selon une position dogmatique remontant à l'Imam Ibn Taymiyya au XIVe&#;siècle[66][source&#;insuffisante]&#;:

  • Allah est Un dans la Maîtrise (tawhid ar-Rouboubiya) (ou, la foi en la maîtrise d'Allah). C’est le fait de reconnaître les œuvres spécifiques à Allah (tel le fait de donner la vie, la mort, la subsistance, etc.) comme seul Créateur, comme seul à détenir la souveraineté, comme seul à gérer la Création.
  • Allah est Indivisible dans l'adoration ou l'obéissance (tawhid al Oulouhiya) (ou, la foi en la divinité d'Allah). C’est le fait de vouer tout acte d’adoration à Allah, en toute exclusivité. L’adoration telle que la définit Ibn Taymiyya est&#;: «&#;Un terme qui englobe tout ce qu’Allah aime et agrée comme œuvre apparente ou cachée[note 13].&#;»
  • Allah est Impair dans le Nom et les attributs (tawhid al asma wa sifat) (ou, la foi en son nom et ses attributs). Allah dans le Coran s’est attribué un nom (voilé) et des qualificatifs. Tous les attributs d’Allah sont considérés comme parfaits puisque chacun d’entre eux désignent un qualificatif qui est lui aussi au summum de la perfection&#;: c’est pourquoi, les musulmans doivent invoquer Allah par ces attributs-là[note 14].

Ces trois composantes de l'unicité sont indissociables et forment à elles trois, le Tawhid, ou le premier article de la foi[réf.&#;nécessaire].

Allah ne ressemble à aucune de ses créatures et aucune de ses créatures ne lui ressemble[67]. Les théologiens musulmans affirment que les versets qui donneraient en apparence des organes ou un emplacement à Allah ne doivent pas faire sujet de comparaison avec une créature[réf.&#;nécessaire].

Dieu est décrit dans le Coran à plusieurs reprises. À titre d'exemple, le verset de la lumière&#;:

«&#;Allah est la Lumière des cieux et de la terre. Sa lumière est semblable à une niche où se trouve une lampe. La lampe est dans un (récipient de) cristal et celui-ci ressemble à un astre de grand éclat&#;; son combustible vient d'un arbre béni&#;: un olivier ni oriental ni occidental dont l'huile semble éclairer sans même que le feu la touche. Lumière sur lumière. Allah guide vers Sa lumière qui Il veut. Allah propose aux hommes des paraboles et Allah est Omniscient.&#;» (Coran, sourate 24, verset 35)

Selon un hadîth, il est mentionné qu'Allah est impair et qu'il a enseigné à Mahomet quatre-vingt-dix-neuf attributs parfaits (asma'ou l-Lahou l-housna) entre autres (révélés dans le Coran). Ces qualités divines, donc éternelles[68], permettent au musulman qui les connaîtrait par cœur et les étudierait sans chercher à tous les dénombrer, d’entrer au paradis. En effet, les théologiens musulmans, se fondant sur une invocation de Mahomet aux termes de laquelle Allah n'aurait pas dévoilé tous ses attributs, s'accordent sur le fait qu'ils ne se limitent pas à quatre-vingt-dix-neuf, ni même à un autre nombre[69].

Un autre hadith affirme qu’Allah possède un nom inconnu des gens du commun. Selon une version de ce hadith, ce nom est qualifié de (الأعظم) Al-Adham qui veut dire «&#;le plus grand&#;» ou «&#;le plus noble&#;»[note 15][source&#;insuffisante]. Comme dans la tradition juive, le nom propre de Dieu est ineffable[70].

Anges

&#;Article détaillé&#;: Malaikas (anges).

Le Coran affirme l'existence des anges (croyance obligatoire pour tout musulman[71],[72]), qui sont les ambassadeurs (arabe: ملك malak , signifiant «&#;ambassadeur&#;») de Dieu (comme ses homologues dont l'hébreu (malakh) et le grec (angélos)) dont ils exécutent ou transmettent les ordres. Du point de vue coranique, ils ne possèdent pas de libre arbitre contrairement aux djinns (êtres de feu) et aux humains et de ce fait sont soumis et adorent Dieu de la meilleure façon possible[réf.&#;nécessaire]. Les quelques missions des plus essentielles des anges sont de communiquer les révélations de Dieu, de le glorifier, d'enregistrer les œuvres des hommes et de servir d'instruments dans les affaires humaines notamment pour Mahomet, de prendre l'âme des personnes au moment de leur mort et d'avoir une spécificité à leurs résurrections. Les musulmans croient que les anges sont faits de lumière, ils sont par ailleurs décrits dans ce verset par exemple&#;:

«&#;Louange à Allah, Créateur des cieux et de la terre, qui a fait des Anges des messagers dotés de deux, trois, ou quatre ailes. Il ajoute à la création ce qu'Il veut, car Allah est Omnipotent.&#;» (Coran, sourate 35, verset 1)[72],[73],[74],[75].

Parmi les anges, les archangesGabriel (Jibrîl), Michel (Mîkâ'îl) et Raphaël (Isrâfîl)[76] jouent des rôles d'une importance considérable. À leur tête, l'archange Gabriel est chargé de la révélation (coranique entre autres[77]) en laquelle il y a vie pour les âmes et les cœurs. L'archange Michel est chargé de la pluie en laquelle il y a vie pour la terre, les plantes et les animaux. L'archange Raphaël est chargé de souffler dans la trompe en laquelle il y a vie des êtres après leur mort[78].

Écritures

Selon le récit religieux musulman, les écritures révélées sont au nombre de comme le rapporte ce hadîth&#;: «&#;Le grand compagnon Abou Dharr a demandé au Prophète (Que Dieu l’élève davantage en grade) (dans le sens)&#;: «&#;Combien de Livres Dieu a-t-Il révélés, ô Messager de Dieu&#;? Le Prophète (Que Dieu l’élève davantage en grade) répondit&#;: Livres.&#;» (rapporté par Ibn Habban)[réf.&#;nécessaire]

Les plus connus sont le Coran (qour’ân) révélé à Mahomet, la Torah (tawrât) révélée à Moïse, les Psaumes (zaboûr) révélés à David, l'Évangile (injîl) révélée à Jésus[14],[79]. Il y aussi des références aux feuillets d'Abraham et de Moïse dans le Coran[80]. Selon les musulmans, le Coran est le dernier des livres révélés, car Mahomet est pour eux le dernier prophète et, de toutes ces écritures révélées, seul le texte du Coran serait demeuré intact. Le texte des autres livres révélés aurait été falsifié sur Terre, mais préservé dans les cieux.[réf.&#;nécessaire]

Révélation du Coran

&#;Article détaillé&#;: Coran.

Le Coran (en arabe&#;: القُرْآن, al-Qor’ân?, signifiant «&#;la récitation&#;») est le principal texte sacré de l'islam. Il contient sourates, commençant par la sourate fatiha-al-kitab«&#;فاتحة الکتاب&#;» (sourate-al-Hamd«&#;سورة الحمد&#;») et se terminant par la sourate Al-Nas«&#;سورة الناس&#;». Pour les sunnites, il reprend verbatim la parole du Dieu unique[81]. Ce livre est le plus ancien document littéraire, complet[note 16] en arabe connu jusqu'à ce jour[82],[83]. La tradition musulmane le présente comme un ouvrage en arabe «&#;clair&#;» ou «&#;pur&#;»[84], avec le caractère spécifique d'inimitabilité dans la beauté et dans les idées[85].

Pour les musulmans, le Coran regroupe les paroles d'Allah, révélations (āyāt) faites au dernier prophète et messager de Dieu Mahomet (محمد, Muḥammad, «&#;le loué&#;») à partir de – jusqu'à sa mort en [86] par l'archange Gabriel (جبريل, Jibrîl).

Selon les traditions, Mahomet étant analphabète

Le croissant et l'étoile verts, symboles politiques de l'islam.
Mihrab de la Grande Mosquée de Kairouan, celle-ci étant le plus ancien lieu de culte de l'Occident musulman. La niche est un joyau de l'art islamique au IXe&#;siècle.
Territoire sacralisé par les musulmans qui se mettent en état d'ihram. Au moment de sa mort en , Mahomet avait réussi à réunir toute la péninsule Arabique.
Carte de la distribution mondiale des musulmans, exprimée en pourcentage dans chaque pays. Données du Pew Research.
Représentation d'un ange, probablement Israfel. , époque Abbaside
Calligraphie de la sourate Al-Fatiha, sur une omoplate de chameau, XIXe&#;siècle.

  • Affichages obligatoires employeur
  • Clip extractor pour windows 7
  • Ement le film sinsanitarium
  • Serie herve villechaize
  • Site backup sur switch
  • Jurassic park buider a le jeu
  • Freemarker download