Téléchargement Gratuit ZoneTelechargement

..

Operation casse noisette 2 9 dvx

Telecharger operation casse noisette 2 9 dvx

Aide


Vous devez vous inscrire afin de télécharger
Veuillez créer un compte gratuitement sur Torrent9 pour accéder aux téléchargements illimités et au streaming !

Hardware magazine

Hardware

octobre/nov numéro 19 5,90 ¤

LE MEILLEUR AMI DE VOTRE PC !

magazine

COMPARATIF > Les perfs comparées

aux desktops > Notre sélection de bonnes affaires > Peut on upgrader un portable ?

QUEL PORTABLE POUR JOUER? TEST

CROSSFIRE : PREMIER TEST ! LA RÉPONSE D’ATI AU SLI

COMPARATIF

HOME CINEMA Grandes marques : mieux que l’assemblage ? PRATIQUE

VOLTAGE Théorie et pratique d’un paramètre essentiel de l’overcloking

NOUVEAU

PLUS DE TESTS ! > CREATIVE XFI > LA PREMIERE PLATINE DVD/DIVX HD > LE CPL À 85 MBPS > L’AMD TURION 64 SUR PC DESKTOP ET NOTRE RUBRIQUE TUNING !

RAID 5 : SÉCURITÉ ET PERFORMANCES EN PRATIQUE

GUIDES

LINUX Monter un serveur de mail - antispam antivirus Installer une config bureautique sans se prendre la tête ! L - 19 - F: 5,90 € - RD

Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$ GR/PORT CONT : 6,40 3 - MAR : 65 DH


PCU pda te DIS PON IBL E

EN KIO SQU E

Cartes mères « tout intégré »

Réseau, raid, son, etc, faut-il encore acheter des composants séparés ?

NEWS

Sous-titres vidéo lecture, édition et synchronisation

TESTS

COMPRENDRE

nVidia GT ATI Radeon X GT Aspire X-QPACK/ Boîtier microATX

CPU et cartes 3D, le bon rapport de puissance

DOSSIERS Quel PC pour la rentrée ? Les configs idéales de la redac. Analyse exhaustive du marché micro et palmarès de la rédaction pour tous les composants Usage par usage, mais aussi budget par budget, nous vous avons concocté les meilleures configurations du moment ainsi qu’un palmarès de tous les composants PC. Maousse dossier !

PRATIQUE Installez un PC dans votre voiture Musique, films, GPS… un PC dans votre voiture vous ouvrira de nouveaux horizons. Voici un guide complet de la conception à l'utilisation, en passant par la réalisation.

Mon CPU est-il suffisant pour une GeForce 7 GTX ? Quel CPU est nécessaire pour profiter des cartes graphiques haut de gamme ? Comment ne pas brider mes jeux ?

REPORTAGE watercooling chez OVH

COMPARATIFS Refroidissement des cartes graphiques Les cartes 3D à moins de ¤

Boitiers de stockage réseau NAS

TESTS Digital Everywhere firedvb Western Digital SE 16 vs Hitachi 7K Alimentations Morex, Sunbeam et Superflower


38 rue garibaldi, Montreuil Email : [email protected] Abonnements : Hardware Magazine Service abonnements BP Toulouse Cedex 01 Pour tout renseignement sur les abos : 08 25 15 00 95 Editeur et Rédacteur en chef : Christian Marbaix Rédacteur en chef adjoint : Jeremy Panzetta Ont participé à ce numéro : Philippe Ramelet, Thomas Olivaux, David Guillaume, Tridam, Laurent Dilain, Manuel Da Costa

Président et directeur de la publication : Christian Marbaix Hardware Mag est édité par bringdadabeer.com SAS au capital de Principaux actionnaires, Christian Marbaix et Jeremy Panzetta. Siège : 38 rue Garibaldi Montreuil RCS Bobigny B Siret : Publicité : Mediadd Directeur commercial : Jerôme Le Marec Tel : 01 49 72 59 66

L’envoi de tout texte, photo ou vidéo implique l’acceptation par l’auteur de leur libre publication dans le journal. Les documents ne sont pas retournés. La loi du 11 mars n’autorisant aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article 41 d’une part que « des copies ou reproductions strictement réservées à l’usage du copiste et non destinées à une utilisation collective» et d’autre part que les analyses et courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinea premier de l’article 40). Cette représentation ou reproduction, par quelques procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles et suivants de l’ancien code pénal. Textes, photos : copyright / 4 bringdadabeer.com SAS Impimeur : N.I.I.A.G Printed in Italy, imprimé en Italie N° de commission paritaire : K Dépôt légal : troisième trimestre Distribution : MLP

Édito

Hardware

Hardware magazine

Conception graphique : David Benamou Maquettiste : Cyril Albo

octobre/nov numéro 19 5,90 ¤

LE MEILLEUR AMI DE VOTRE PC !

magazine

Même pas peur

COMPARATIF > Les perfs comparées

aux desktops > Notre sélection de bonnes affaires > Peut on upgrader un portable ?

QUEL PORTABLE POUR JOUER? TEST

CROSSFIRE : PREMIER TEST ! LA RÉPONSE D’ATI AU SLI

COMPARATIF

HOME CINEMA Grandes marques : mieux que l’assemblage ? PRATIQUE

VOLTAGE Théorie et pratique d’un paramètre essentiel de l’overcloking

NOUVEAU

PLUS DE TESTS ! > CREATIVE XFI > LA PREMIERE PLATINE DVD/DIVX HD > LE CPL À 85 MBPS > L’AMD TURION 64 SUR PC DESKTOP ET NOTRE RUBRIQUE TUNING !

RAID 5 : SÉCURITÉ ET PERFORMANCES EN PRATIQUE

GUIDES

LINUX Monter un serveur de mail - antispam antivirus Installer une config bureautique sans se prendre la tête ! L - 19 - F: 5,90 € - RD

Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$ GR/PORT CONT : 6,40 3 - MAR : 65 DH

Pendant la rédaction de ce magazine, une publicité émanant d’une chaîne de magasins spécialisés bien connue a égayé les antennes radio. Avec un ridicule leitmotiv « bringdadabeer.com », le soit disant agitateur nous expliquait que les PC assemblés étaient la source de toute les arnaques. Configurations déséquilibrées, incompatibilités, SAV piteux, il semblerait qu’acheter un PC sur mesure soit un sport dangereux. Gaussons nous ! Quand on voit les PC débilissimes qui nous sont proposés en entrée de gamme dans ce genre de chaînes « grand public » (un processeur à 3 Ghz pour faire beau entourés de composants au rabais totalement déséquilibrés), quand on sait qu’en général, la garantie n’est ni plus ni moins que celle du constructeur avec retour atelier et que le magasin n’apporte aucune valeur ajoutée, quand on compare les prix jusqu’à un tiers moins chers, on se dit que le marketing façon « bringdadabeer.com » permet d’assener les plus gros mensonges sans vraiment aucune vergogne ! Entre écouter çà et acheter un PC assemblé, on se demande ce qui fait vraiment peur… Trêve de grognements, vous noterez ce mois-ci quelques évolutions dans votre magazine favori. L’arrivée des portables et du tuning et la présence de plus nombreux tests. Vous nous les réclamiez, les voici ! Nous attendons maintenant votre avis ;) Concernant l’arrivée des portables et même plus exceptionnellement des PC de grandes marques dans ce numéro, nous ne les voyons bien entendus pas comme des concurrents de nos PC assemblés qui gardent l’apanage de la configuration à la carte, du tweaking et de l’upgrade mais comme des périphériques supplémentaires. Et pour ce qui est de nos sujets traditionnels, entre le Crossfire, les voltages pour l’overclocking, le raid 5, les guides Linux et une légion de tests, rassurez vous, nous ne sommes pas en reste ! Bonne lecture :) CM


Sommaire News > Le meilleur du hardware > Cas pratiques

6 10

64

Preview > ATI Crossfire Fin mai, ATi annonçait en grande pompe sa technologie CrossFire équivalente au SLI de nVidia. . Aujourd'hui, nous pouvons enfin les comparer, le CrossFire tient-il toutes ses promesses ?

14

14

Sommaire Octobre / Novembre

Tests

74

> XFI Avec le X-Fi, Creative Labs espère apporter un souffle nouveau sur le domaine des cartes son. Mais s’agit-il d’une véritable révolution ou plutôt d’une évolution de l’Audigy ?

18

> Shuttle SD31P Shuttle présente le premier miniPC supportant les processeurs Intel dual core, le SD31P.

22

> ATI x La Radeon X pourra-t-il reprendre le leadership des performances à bas prix ?

24

> Asus 7 GT et 7 GTX Une 7 GT dans sa version commerciale et une version modifiée de la 7 GTX, plus puissante et silencieuse.

25

26

> AMD Turion 64 Le Turion 64, destiné aux ordinateurs portables comparé au Pentium M, mais également par rapport aux Athlon 64 et Pentium 4 puisque Asus a eu la bonne idée de supporter le Turion sur ses cartes ATX.

30

> Quartek WHDV9 Une platine DVD/DivX peut-elle remplacer un PC comme centrale multimédia ? Nous avions déjà répondu non mais l’arrivée des générations HDTV relance le débat. Face à face à nos meilleurs PC.

32

> Refroidissement des northbridge 34 Le changement du radiateur de northbridge est une opération que peu de gens entreprennent. Pourtant, elle peut améliorer les performances de refroidissement, la stabilité, et réduire notablement le bruit.

Dossier

RAID 5 : SÉCURITÉ ET PERFORMANCES EN PRATIQUE Offres d’abonnements p

> Devolo CPL 85 Mbps L’arrivée d’un nouveau standard CPL de 85 Mbps relance l’intérêt réseau sur l’installation électrique de votre domicile.

> Portables pour jouer Les portables sont attirants, et peuvent désormais sembler de vraies alternatives en second PC, même pour des amateurs de hardware! Mais entre une upgrade limitée et des performances limitées, qu’en est il pour jouer ? Nous avons sélectionné et testé pas moins de 11 portables embarquant de "vraies" cartes graphiques.

38

> home cinema III Les solutions PCHC HP, Sony et Cie Les grandes marques s’intéressent aux PC Home cinéma ! Peuvent elles faire mieux que nos PC assemblés ?

64

Anciens numéros p87


> Les perfs comparées

Pratique > Raid 5 Habitués aux niveaux de RAID 0, 1 et 0+1, nous pouvons aussi profiter du RAID 5 sur un large panel de cartes mères. Quels avantages apportent ce niveau de RAID et comment le mettre en œuvre ? > Voltage, un paramètre clé de l’overclocking Sans réglage du voltage, pas d’overclocking réussi. Mais quelle est la bonne mesure ? Théorie et pratique de cet élément vital. > Linux sans se prendre la tete Quand on récupère par exemple un vieux PC (y compris portable), Linux est une bonne alternative qui trop souvent fait peur parce que différent. Voici comment installer et utiliser Linux sans pour autant devoir devenir un pro de la ligne de commande…

aux desktops 74

38

QUEL PORTABLE POUR JOUER?

82

94

PLUS DE TESTS !

> Serveur mail sous linux Spams ou virus pourrissent nos mails. Voici un guide sous Linux pour filtrer le courrier indésirable de vos différentes boîtes mails, tout en le mettant à disposition par l’intermédiaire d’un webmail.

Comprendre > Filtrage Nous vous avons décrit un problème de filtrage des textures dans nos différents tests des GeForce 7 Aujourd'hui, il y a du neuf puisque nVidia s'est attaqué au problème. L'occasion également de réexpliquer les différents filtrages et leur utilité.

> Notre sélection de bonnes affaires > Peut on upgrader un portable ?

> CREATIVE XFI > LA PREMIERE PLATINE DVD/DIVX HD > LE CPL À 85 MBPS > L’AMD TURION 64 SUR PC DESKTOP ET NOTRE RUBRIQUE TUNING !

94 82

Tuning > Montage P Le P d’Antec nous a impressionné à tel point que nous prolongeons son test d’un guide de montage. Au meilleur boîtier, l’assemblage le plus soigné, c’est çà aussi le tuning !

> Lumière ! Nous vous proposons une sélection d’accessoires lumineux, qui vous permettront d’agrémenter votre boîtier pour quelques euros. Vous pouvez aussi, comme nous, les combiner tous, et obtenir l’équivalent informatique du château de Versailles…

Comparatif > Ventirads L’arrivée du Zalman CNPS LED constitue enfin une vraie nouveauté dans le monde des ventirads. Nous avons testé cette imposante bestiole, et en profitons pour vous présenter l’Asus VR Guard, le Thermaltake Golden Orb 2, le Zalman Fatal1ty FS-C77 et le Scythe Katana.

> Références Nos configurations idéales Le guide des composants


NEWS Mais combien coûte le boîtier Gigabyte 3D Aurora ? Coûte-t-il cent euros comme nous l’indiquions page 64 dans PC Update 19, ou bien euros comme on le voit dans les magasins ? Et en parlant de magasins, où peut-on l’acheter ? Vous êtes nombreux à nous écrire pour nous poser ces questions. En effet, le premier boîtier de Gigabyte est difficile à trouver dans le commerce, et impossible à trouver au tarif qu’avait annoncé le fabricant. Contacté par nos soins, celui-ci nous a expliqué que les exemplaires vendus actuellement avaient été précommandés par les boutiques, et étaient livrés par avion. Un mode de livraison plus coûteux que le bateau, qui justifierait des tarifs plus élevés. Cet état de fait n’étant que temporaire, le boîtier devrait d’ici à la fin de l’année se trouver à un tarif d’environ euros. Une baisse de prix de 15 % ce qui n’a rien d’exceptionnel dans les premiers mois de la vie de n’importe quel matériel informatique ! On est bien loin des ¤ prévus, ce qui nous oblige à revoir notre conclusion sur le 3D Aurora. A ¤, et même à ¤, il a de sérieux concurrents. On trouve chez Coolermaster, Silverstone ou Thermaltake des boîtiers fabriqués en aluminium, qui sont vendus au même prix pour des prestations équivalentes. Le 3D Aurora se distingue de la masse par son excellente ventilation, mais notez tout de même qu’à ce prix, on peut avoir un Antec P, lui aussi très réussi en termes de refroidissement. Bref, un prix de 50 % supérieur à ce qui était prévu change forcément notre appréciation, le 3D Aurora passe donc de « excellente affaire » à certes bon produit mais « dans la moyenne des prix ».

Vous avez votre carte orange ?

News

Plus besoin d’être parisien pour avoir une carte orange ! Seulement, celle de LaCie ne permet pas de passer les portiques du métro mais de stocker quatre ou huit gigaoctets de données. Au format carte de crédit, avec une épaisseur de 6 mm, ce minidisque dur externe se connecte en USB Prévu pour début octobre, il coûtera 99 ¤ en version 4 Go et en version 8 Go. La bataille fait toujours rage entre les stockages externes sur minidisques durs, et les stockages sur mémoire flash. Alors que le minidisque devrait être plus compétitif pour les hautes capacités, la mémoire flash ne cesse de baisser et de contredire cette intuition. Le LaCie Carte Orange présente un rapport capacité/prix intéressant, que la mémoire flash risque d’avoir du mal à égaler avant longtemps.

<6>

Hardware magazine octobre / novembre 05


PC Update

4GEFORCE GT : LE TOP DES PERFS À BON PRIX

PCUpdate

Les cartes graphiques DirectX 10 devront supporter les fonctionnalités DirectX 10… et rien de plus ! C’est en substance ce qu’a expliqué Microsoft lors de sa dernière PDC (Professionnal Developer’s Conference). Plus question pour un fabricant d’essayer de faire évoluer le marché lui-même, il faudra se cantonner à ce qui est prévu par le géant de Redmond. Une nouvelle qui suscitera sûrement l’exaspération des ennemis éternels de Bill Gates, mais que l’on peut aussi chercher à comprendre. DirectX 10 sera intégré à Windows Vista, qui en fera un usage intensif. Cette nouvelle mouture de DirectX introduira le partage des fonctions 3D entre plusieurs

applications, nécessaires pour Windows Vista. Tous les programmes, ainsi que l’OS, pourront utiliser l’accélération 3D en même temps ! Et tout cela doit fonctionner sans bugs ni plantages. Dès lors, il devient impossible de laisser une application utiliser des fonctions « non standard » d’une carte graphique, puisque le système ne pourrait pas assurer une exécution parallèle de ces fonctions avec celles demandées par les autres applications. La requête de Microsoft est donc compréhensible, mais elle resserre encore la coopération entre l’éditeur logiciel et les grands fabricants de cartes graphiques. Un état de fait qui risque de nuire aux petits fabricants qui essaient de percer.

4 septembre / oct. 05 n°19

Pour choisir, upgrader et booster son PC !

GUIDE P

COMPARATIF P

Spécial achats de rentrée FAITES LES BONS CHOIX

PLUS de silence PLUS d’overclocking ! Reffroidissez vos cartes graphiques PRATIQUE P

NOS CONFIGS LE PALMARÈS DE LA RÉDACTION POUR TOUS LES COMPOSANTS

IDÉALES

COMPARATIF P

CARTES 3D

les bonnes affaires à moins de ¤

RADEON XGT la réponse d’ATI à la GT

Installez un PC dans votre voiture ! MP3, GPS, lecture DVD, radio

DOSSIER P

Boîtiers de stockage réseau NAS La solution de partage des données idéale

PERFS 3D CPU et cartes 3D : comment définir le bon rapport de puissance ? L - 19 - F: 5,90 € - RD

bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤ GR/PORT CONT : 6,40 ¤ - MAR : 65 DH

En kiosques ce mois-ci

DirectX 10 : Microsoft donne le ton

Yonah, CedarMill, Conroe, Merom, Intel en dit plus sur les CPU de demain Après l’IDF (Intel Developer Forum), faisons le point sur les cores qui équiperont les futurs processeurs du célèbre fondeur. On a tout d’abord le Yonah, futur core du Pentium M, qui ne devrait plus trop tarder à arriver dans les ordinateurs portables puisqu’il est prévu pour le premier trimestre Vers la même époque, apparaîtra le CedarMill, nouvelle version du Pentium 4 qui équipe les ordinateurs de bureau. L’évolution la plus notable est attendue pour le milieu de l’année , avec les Merom et Conroe, deux processeurs à l’architecture semblable, destinés respectivement aux ordinateurs portables et aux ordinateurs de bureau. Voyons en détail quelles seront les évolutions importantes. Commençons par le Yonah, qui sera le prochain core du Pentium M, et arrivera début Ce processeur 32 bits destiné aux ordinateurs portables sera dual core, comportera millions de transistors et sera gravé en 65 nm. Il bénéficiera des instructions SSE3, d’un FSB de MHz, et d’une mémoire cache de 2 Mo partagée entre les deux cores (là où le Pentium D a une mémoire cache séparée pour chaque core). Il n’offrira pas l’Hyper-Threading, mais la technologie de virtualisation qui permet de faire fonctionner plusieurs OS en même temps. Une gestion d’énergie avancée sera bien sûr intégrée, puisque le cache du Yonah pourra ne plus être alimenté pour économiser du courant (et réduire ainsi la consommation autant que la température), tandis que chaque core aura son propre mode veille. Le Yonah sera disponible aux formats BGA et PGA Dans un premier temps, sa fréquence ne dépassera pas 2 GHz. Après la sortie de la version dual core, une version simple core devrait voir le jour, destinée au marché des PC économiques et

des ultraportables. AMD ne sera bien sûr pas en reste et annonce la sortie d’un Turion 64 dual core pour début Venons-en au CedarMill, qui apparaîtra au premier trimestre Ce processeur pour ordinateurs de bureau se déclinera en deux versions, les 6x1 (sans technologie de virtualisation), et 6x3 (avec technologie de virtualisation). Les premières versions seront les Pentium 4 et cadencés à 3,0 GHz. Ils auront 2 Mo de mémoire cache L2, et seront suivis de plusieurs déclinaisons jusqu’au Pentium 4 cadencé à 3,8 GHz. Nous ne nous attarderons pas sur ce core, qui évolue peu par rapport au Prescott, si ce n’est en ce qui concerne la réduction de la dissipation thermique. Et maintenant, rêvons un peu avec ce qui nous attend dans plus de six mois. Utilisant une architecture similaire, plusieurs cores destinés aux ordinateurs portables (Merom), ordinateurs de bureau (Conroe) et serveurs (Woodcrest) feront leur apparition. Ils sont présentés comme les héritiers du Netburst du Pentium 4 et de l’architecture du Pentium M. Leur finesse de gravure est de 65 nm, mais surtout, Intel a décidé d’optimiser le ratio « consommation/performances ». L’objectif pour ces nouvelles puces est de faire baisser la consommation de 30 watts, ce qui ne serait pas un mal vu la consommation actuelle des processeurs Intel. Cette consommation se traduit d’ailleurs par une telle dissipation de chaleur qu’il n’est pas rare qu’un Prescott surchauffe alors qu’il est équipé du système de refroidissement d’origine Intel. Un comble ! Bien entendu, tout le monde attend Intel au tournant sur ce problème, qui a intérêt à être réglé par les processeurs nouvelle génération. Les

Pat Gelsinger Senior, vice-président chez Intel, présente un wafer de nouvelle génération à l’assemblée durant l’IDF.

améliorations ne portent pas que sur la consommation, mais aussi sur les performances. Pour cela, le pipeline a été ramené de 31 dans le core Prescott à 14 étages dans le Conroe. Le nombre d’unités arithmétiques a par contre été augmenté, et des fonctionnalités de préparation du code machine avant décodage ajoutées. Le Merom recevra 2 Mo de cache, tandis que le Conroe aura entre 2 et 4 Mo de cache. Celui-ci sera partagé par les deux cores. Le Conroe fonctionnera sur socket LGA , avec un FSB de 1 pour la version de bureau, et ses fréquences devraient dans un premier temps s’échelonner de 2,5 à 3 GHz. Bien qu’Intel ait conservé le socket LGA , ne vous attendez pas à pouvoir conserver votre carte mère ! Le Conroe sera en effet associé à un nouveau chipset, nom de code Blackford.

Hardware magazine octobre / novembre 05

<7>


News

nForce chez nVidia nVidia vient de dévoiler de nouveaux chipsets issus de la famille nForce4 : les nForce avec GeForce ou GeForce et le nForce avec GeForce Ces chipsets, dédiés à la plate-forme AMD, intègrent donc un core graphique dérivé de la famille GeForce 6. La version ne supporte pas toutes les technologies du nForce4 et en particulier le raid 0+1 et 5 ainsi que le réseau 1 gbps et le firewall hardware ActiveArmor. La différence entre le GeForce et le GeForce se situe principalement sur deux plans : la fréquence qui est de MHz pour le premier et de MHz pour le second ainsi que PureVideo et son accélération des vidéos haute définition qui n'est disponible que sur le , ce qui est une première pour un chipset intégré. Le nForce avec GeForce devrait ainsi pouvoir trouver sa place dans les systèmes MediaCenter.

technologie de fabrication 90 nanomètres, ce qui permet à nVidia de le faire tourner facilement à MHz, même si sur les prototypes utilisés lors de la présentation, la fréquence n'était que de MHz.

Les performances en 3D devraient par contre être très faibles comme sur les chipsets intégrés concurrents. Le GeForce est globalement un demi-GeForce , c'est-à-dire composé de 2 pixels pipelines, amputé de 2 de ses unités géométriques (il en reste donc une contre 0 pour les cores intégrés ATI et Intel), ce qui permet à nVidia de simplifier le die de manière à réduire sa taille et donc les coûts de production. Notez que ses composants utilisent la

Avec ces chipsets, nVidia s'ouvre de nouvelles portes et compte bien concurrencer ATi et Intel qui écoulent énormément de chipsets intégrés. Si le nForce avec GeForce n'a pas grand-chose à proposer de plus par apport à la concurrence, la version avec GeForce est, elle, beaucoup plus intéressante, principalement grâce à ses capacités d'assistance lors du traitement des vidéos. Une version mobile de ce chipset est également attendue.

XXT, le nouveau roi de la 3D ? Quand vous lirez ces lignes, ATi aura dévoilé officiellement sa future lignée de GPU qui s'étendra du X au X XT, en passant par le X Tous ces GPU permettront à ATi de rattraper le retard sur nVidia en matière de technologies supportées, notamment au niveau des shaders qui passeront en version

News

Ce changement aura demandé à ATi de revoir complètement ses pipelines de pixels shaders puisque ceux-ci étaient toujours basés sur un fonctionnement très simple, issu de l'architecture du Radeon bien qu'ils aient subi de nombreuses évolutions. Bien que nous n'ayons pas encore pu le vérifier, nous pensons qu'ATi aura augmenté la puissance de calcul de ses 16 pipelines mais que ceuxci auront un petit peu perdu de leur efficacité, ce qui globalement devrait leur donner un avantage assez réduit par rapport aux X (20 %), mais ceci à fréquence égale. Le point fort des X devrait être leur capacité à atteindre de hautes fréquences grâce à la gravure 90 nanomètres. Le Radeon X XT devrait ainsi atteindre MHz avec de la mémoire cadencée à au moins MHz, ce qui devrait lui permettre de dépasser le GTX de nVidia malgré le fait que celui-ci dispose de 24 pipelines de pixels shaders. Là où ATi devrait frapper fort, c'est au niveau du score de 3DMark puisque les 8 vertex shaders des X seront cadencés à MHz, contre seulement MHz pour ceux des GTX et que 3DMark est en partie limité par les vertex shaders. ATi pourrait donc afficher un score proche des 10 contre 7 chez nVidia. Mais ce GPU, le X XT ne sera pas disponible directement puisque des problèmes de fabrication (leakage) ont empêché ATi de monter au-dessus de MHz et n'ont été résolus qu'en septembre,

<8>

Hardware magazine octobre / novembre 05

suite à quoi une nouvelle révision a été envoyée en production. Par contre, ces puces pourront être utilisées pour les Radeon X XL qui devraient, elles, être disponibles rapidement et être cadencées à MHz et afficher des performances comprises entre celles du GT et celles du GTX. La Radeon X XL (en photo) utilisait un système de refroidissement single slot similaire à celui des X XL, alors que la Radeon X XT utilisait un système plus imposant semblable à celui des Radeon X XT.


Le GeForce passe en mobile Seconde annonce pour nVidia : le GeForce Go GTX qui est destiné à prendre place dans les « portables » de type desktop replacement. Il utilise le même packaging que le GeForce Go et a une consommation identique, ce qui permet aux fabricants qui avaient intégré celui-ci de passer facilement au nouveau modèle, nettement plus performant. Par rapport au GeForce GTX de bureau qui est cadencé à « »/ MHz, le GeForce Go GTX a des fréquences légèrement plus faibles : « »/ MHz. nVidia n'a pas communiqué plus de détails, mais il est probable que le nombre de pixels pipelines soit de 20 comme sur le GeForce GT au lieu de 24 comme sur le modèle GTX. Le système d'économie d'énergie, PowerMizer passe en version et permet bien entendu de réduire encore la consommation en idle du GPU. Différents fabricants ont déjà annoncé l'intégration du nouveau GPU mobile, notamment Alienware et Dell.

Asus a la plus grosse (bis) Apres la Dual , Asus remet le couvert avec une Dual GT à utiliser en SLI bien sûr ! Le beau bébé semble particulièrement énorme si l’on juge du slot PCI express. L’arrimage risque de s’avérer périlleux. Tout comme l’alimentation du reste mais Asus palie aux alimentations défaillantes en fournissant sa propre alim externe ! Seuls exemplaires (numérotés svp) seront disponibles pour toute la planète. Autant dire qu’Asus ne compte pas les vendre, il s’agit une nouvelle fois d’un petit coup de pub qu’il convient de prendre avec humour. « L’exploit » ne sert à rien mais à l’époque ou les constructeurs de cartes graphiques se transforment en designers de packaging pour nVidia ou ATI, il est toujours plaisant de voir une marque laisser ses ingénieurs s’amuser un peu ! La prochaine étape sera de mettre 2 nForce 4 sur une carte mère pour y glisser (au forceps ?) 2 ENGT DUAL. Si nVidia offre le support de 4 GPU un jour dans ses drivers bien sûr. Et oui, au concours de qui a la plus grosse, il y a toujours la taille au dessus !

nVidia profite de ce lancement pour annoncer, tout comme ATi, rendre compatibles les drivers officiels avec les GPU mobiles. Pour rappel, ce n'était pas le cas avant, étant donné que les fabricants de portables avaient peur de voir le coût du support augmenter à cause d'éventuels problèmes entraînés par le changement des drivers, ce qui est ridicule puisque la situation est identique sur les PC de bureau, mais tant ATi que nVidia avaient peur de s'opposer à leurs clients et de risquer de voir leurs ventes baisser en imposant leurs drivers, dont la dernière version est pourtant souvent requise pour profiter des derniers jeux, ce que ciblent les GPU mobiles haut de gamme. Il y a quelques mois, ATi a été le premier à oser franchir le pas. nVidia suit mais d'une manière légèrement différente puisqu'il demande la permission à chaque fabricant de portables et active l'utilisation des drivers au cas par cas. Aujourd'hui, 9 fabricants dont Alienware ont déjà donné leur accord, mais Dell, ne l'a toujours pas fait. Les nombreux utilisateurs de portables Dell ne pourront donc pas encore profiter des derniers drivers.

AVIVO contre PureVideo Si les Radeon X et X disposent bien de fonctions vidéo avancées capables de rivaliser avec PureVideo de nVidia, il manquait un nom commercial à ATi pour regrouper les capacités vidéo et ne pas laisser l'impression que les GPU nVidia ont un avantage à ce niveau. Ce vide est maintenant comblé puisqu’ATi annonce AVIVO qui englobe toutes les capacités vidéo de ses GPU futurs, les X1x AVIVO reprend les capacités de Radeon actuels en y ajoutant des avancées issues des puces Rage Theater et Xilleon (puces ATI destinées aux grands écrans) ainsi que d'autres nouveautés et englobe tout ce qui concerne la vidéo, c'est-à-dire les entrées, l'acquisition, l'encodage, le décodage, les effets de postprocess, l'affichage et les sorties. ATi semble avoir pris un soin particulier à s'assurer de disposer de la technologie vidéo la plus avancée et la plus complète, tant au niveau du traitement des vidéos que de l'affichage. Ainsi, les

X1x00 AVIVO supportent l'accélération de la décompression des vidéos H, l'accélération de l'encodage de différents formats ainsi que de la conversion des vidéos. Ces vidéos se verront appliquer divers filtres de postprocess qui au fur et à mesure deviennent de plus en plus spatio-temporels. Il ne s'agit pas de voyage spatial mais cela indique que les images précédentes et suivantes peuvent être utilisées pour améliorer la netteté d'une image spécifique. ATi annonce également une meilleure qualité de l'affichage tant en DVI qu'en VGA grâce à plus de précision dans le traitement des images et grâce à un dithering évolué. Bref plein de promesses qu'il faudra vérifier !

Hardware magazine octobre / novembre 05

<9>


Cas Pratiques

Cas Pratiques Gagnez 1 Go de mémoire Corsair ! En nous envoyant une question technique par mail ([email protected]), vous pouvez gagner un kit mémoire Corsair 2* Mo TWINXXL avec une latence record de , de quoi sérieusement booster les performances de votre PC… La rédaction choisira la question la plus pertinente et son auteur recevra le Giga de mémoire ! Notez que nous ne pourrons sans doute pas répondre de manière individuelle à toutes les questions ! Par :

Thomas "M. Scott" Olivaux

Il y a quelques jours, alors que j'avais des problèmes sur mon réseau, un ami est passé et a corrigé ça en quelques secondes. Etrangement, il n'a utilisé que des commandes de type DOS ! Je ne savais pas qu'il y en avait encore sous Windows XP, n'est-il pas possible d'avoir un équivalent graphique ? Il avait l'air de pouvoir faire beaucoup de choses. Effectivement, il existe des réseau de type DOS, c'est-à-dire à saisir dans une invite de commandes, qui sont très pratiques. Pour certaines, il existe un équivalent graphique, mais c'est généralement plus rapide en mode de commandes dès lors que l'on sait ce que l'on fait. Voici les plus connues et la façon de les utiliser. Pour lancer une de ces commandes, il faut d'abord ouvrir une fenêtre de commandes. Un des moyens d'y parvenir est d'ouvrir le menu « Démarrer », de cliquer sur « Exécuter », de taper « cmd » et de valider. Apparaît alors une invite de commandes.

> commandes

La commande la plus connue est sans doute « ping ». Elle sert à interroger une adresse IP, ce qui permet de s'assurer que deux périphériques réseau communiquent. Pour l'utiliser, il suffit de taper, sans les guillemets, « ping ipdupériphériqueréseau » comme par exemple « ping ». Si la machine ayant pour IP est allumée et branchée sur le même

<10>

réseau que l'ordinateur sur lequel vous vous trouvez, elle répondra. Il est d'ailleurs possible de vérifier la réponse d'un ordinateur en permanence en ajoutant le paramètre « -t » à la suite de votre commande. Au lieu de ne lancer que quatre pings, l'adresse sera interrogée à l'infini. Très pratique également, la commande « ipconfig » permet d'obtenir des informations sur la configuration IP de votre ordinateur, carte réseau par carte réseau. Vous pouvez afficher encore plus d'informations en saisissant « ipconfig /all » afin d'obtenir, en plus des IP, masques de sous-réseau et passerelles, les DNS et les adresses MAC. Notons au passage que nombre de ces commandes existent également en environnement Unix (Linux par exemple) et sont souvent identiques. Dans le cas présent, l'équivalent de « ipconfig » est « ifconfig ». En ajoutant le paramètre « /renew », vous pouvez forcer votre IP à renouveler son adresse IP si vous le configurez automatiquement via un serveur DHCP.

Hardware magazine octobre / novembre 05

« Route » permet d'afficher, de créer et de supprimer des routes, c'est-à-dire des chemins réseau à suivre. Par exemple, vous pouvez faire en sorte que toutes vos communications passent par votre routeur à l'exception de quelques adresses IP étant réservées à vos ordinateurs locaux. Il y a de nombreux paramètres à connaître pour utiliser « route », comme toutes les autres commandes. Pour les connaître, contentez-vous de taper « route /? » pour obtenir de l'aide. Pour connaître un chemin réseau qui sort de votre réseau local, utilisez la commande « tracert » en ajoutant l'adresse IP ou le nom de domaine (exemple : « tracert bringdadabeer.com ») que vous souhaitez pister. Vous

obtiendrez le chemin exact que les données parcourent entre le serveur et votre ordinateur ; le résultat est parfois surprenant ! La commande « netstat » permet de connaître les statistiques TCP/IP de votre PC, c'est-à-dire de voir toutes les sessions actives sur votre PC, les ports ouverts, qui y est connecté. En cas de doute à propos d'une éventuelle activité illicite sur votre machine, vous pourrez obtenir quelques informations sur « l'agresseur » et ainsi lever des doutes. Enfin, tapez « net view ipounomdupc » pour connaître les ressources partagées d'un ordinateur, c'est-à-dire ses répertoires et imprimantes partagés.


Je possède un HP Pavilion acheté en A l'heure du renouvellement, je suis tombé sur votre magazine d'Août/Septembre et son article sur les cartes mères. Hormis le plaisir du « montage fait par soi », quels avantages en termes d'économies et de performances ai-je à upgrader mon PC en remplaçant la carte mère, le processeur (Athlon par exemple), les barrettes mémoire et le système d'exploitation Windows XP, sans oublier les accessoires (ventilateurs, pâte thermique et imprévus) par rapport à l’achat d'un PC de marque aujourd'hui qui, à performance égale, serait entre et 1 ¤ ? Je précise que j'ai récemment remplacé le disque dur (un Go, inexploité en raison de Windows 98) ainsi que la carte graphique l'an dernier. Le sujet de la mise à niveau,

> récurant, est toujours très

intéressant. Il l'est d'autant plus lorsque les PC de marque et les PC assemblés sont dans la balance. Dans un cas tel que le vôtre, la mise à niveau n'est pas vraiment très intéressante, indépendamment du fait que l'on opte pour des composants à monter soi-même ou un PC de constructeur. En effet, en six ans, le hardware PC a beaucoup trop évolué pour que l'on puisse conserver quoi que ce soit d'une machine sans que cela vienne sensiblement brider les performances globales du PC upgradé. Si vous souhaitiez acheter un nouvel ensemble carte mère, processeur, mémoire, ainsi que Windows XP, vous rencontreriez

effectivement d'autres ennuis qu'il faut prendre en compte immédiatement pour qu'ils ne deviennent pas des imprévus. Votre carte graphique, âgée d'un an, doit être au format AGP ; elle ne pourra pas prendre place sur une carte mère moderne en PCIExpress. Le vieux disque dur est bien trop lent pour qu'on puisse envisager son utilisation, vous pourrez toutefois conserver votre Go, réduisant ainsi de 80 ¤ votre mise à niveau d'aujourd'hui. Le boîtier, s'il est au format ATX, pourra être conservé, mais il y a peu de chance que l'alimentation soit suffisamment dimensionnée pour accueillir des composants récents, d'autant que les cartes mères actuelles requièrent un surplus d'alimentation 12V qui n'existait pas sur les premières alimentations ATX. Le lecteur/graveur CD peut être conservé s'il fonctionne bien, ainsi que les éven-

tuelles cartes additionnelles (tuner TV, montage vidéo). En ce qui concerne la carte son et la carte réseau, il y aura ce qu'il faut sur la nouvelle carte mère. En dehors du PC, vous pourrez sans problème conserver écran, clavier et souris tant que ceux-ci correspondent à votre confort. En récapitulant, nous voyons donc qu'il faut acheter, en plus de la carte mère, le processeur et la mémoire, un boîtier avec une alimentation, un disque dur (sauf dans votre cas précis) et une carte graphique. La facture devient salée, nous ne sommes plus très loin d'une machine neuve. Si vous ne conservez que le lecteur CD… il ne s'agit là que d'une économie de 15 à 30 ¤ ! Vous devez donc considérer le problème comme un achat de PC neuf et non une upgrade.

Toutefois, la question du choix de la marque par rapport à l'assemblage reste entière. Nous allons tenter quelques comparaisons pour un budget de 1 ¤ pour une unité centrale (hors écran donc). En restant chez HP, l'un des meilleurs produits est, selon nous, le Pavilion wfr (EDAA) qui embarque un Pentium 4 (2,93 GHz), Mo de DDR2, une ATi X SE HyperMemory, un disque dur de Go et un graveur de DVD double couche, ainsi que Windows XP Edition Familiale. Chez Dell, proposant généralement de meilleurs rapports qualité/prix, nous pouvons nous offrir un Dimension 5 avec un Pentium 4 (3,2 GHz, 2 Mo de cache), la même Radeon X SE HyperMemory, 1 Go de DDR2, un disque dur de Go et un graveur de DVD double couche, ainsi que Windows XP Edition Familiale également. Dans les deux cas, la

Hardware magazine octobre / novembre 05

<11>


Cas Pratiques

garantie est d'un an, extensible en option. Tâchons de voir quelle machine pourrait être assemblée par nos soins. Pour que le résultat soit facile à reproduire, nous avons utilisé uniquement les prix d'un des leaders de la vente en ligne et non les tarifs de la rue Montgallet à Paris, un peu trop bas pour refléter la réalité du marché. Pour ¤, en incluant une licence Windows XP Edition Familiale, nous arrivons à acheter un Athlon XP + avec un giga de mémoire, sur une

carte mère Asus nForce 4, ainsi qu'une carte graphique GeForce GT, un disque dur de Go, un giga de mémoire, le tout dans un boîtier de qualité fabriqué par Antec. Comme vous pouvez le constater, d'un point de vue des composants, le PC assemblé par nos soins est beaucoup plus puissant, notamment en ce qui concerne la carte graphique. De plus, ayant choisi chacun des composants, nous avons la satisfaction psychologique de connaître la

Je possède actuellement un PC avec un Pentium 4 sur socket (carte mère MSI Pro2-R) avec un bus de MHz et je voudrais justement l'upgrader tout en conservant la carte mère et la mémoire. Actuellement, on trouve encore quelques processeurs socket , mais ils ont tous un FSB de ou MHz. Ma carte mère peut-elle les accepter ? Comme vous le soulignez,

> les processeurs Intel sur

socket sont en voie d'extinction. On ne trouve plus de modèles FSB, les FSB sont presque introuvables et il n'y a plus beaucoup de FSB non plus. Si vous tenez vraiment à upgrader votre processeur, nous vous conseillons d'aller voir sur le marché de l'occasion, sachant que le plus gros modèle en FSB n'est qu'à 2,2 GHz. Il n'est malheureusement pas possible d'installer un P4 FSB ou FSB sur une carte mère limitée au FSB Matériellement, tout Pentium 4 de génération

<12>

Northwood pourra démarrer, mais il sera limité au bus à MHz ( MHz réels). Par exemple, si vous installez un P4 B ( x 23), il tournera sur votre carte mère à 2,3 GHz ( x 23). Pire, un P4 C ( x 15) ne tournerait qu'à 1,5 GHz ( x 15). Ajoutons à cela que la majorité des Pentium 4 s encore en vente sont des Prescott, ils ne marchent pas du tout sur les anciennes cartes. Vous pouvez toutefois envisager l'upgrade de la carte mère même si votre budget est serré. Puisque vous envisagez un Pentium 4,

Hardware magazine octobre / novembre 05

marque et le modèle exact de chacun des composants, tandis que le PC de marque ne précise pas toujours quelle mémoire, quel disque dur et surtout quelle carte mère il embarque. En contrepartie, le PC assemblé requiert plus de temps (pour la décision d'achat ainsi que le montage), il n'a pas d'offre logicielle en dehors du Windows que nous avons décidé d'acheter et le service après-vente (la garantie d'un an également) n'est pas toujours à la hauteur de celui des grandes marques, mais c'est généralement en fonction du magasin dans lequel nous nous sommes fournis. Notez que, dans votre cas, la présence de votre disque dur de Go réduira sensiblement la facture du PC assemblé. D'autre part, si vous n'avez pas besoin d'une telle puissance, vous pourrez aisément économiser quelques centaines d'euros en optant pour des composants un peu moins véloces. Indépendamment de la partie matérielle, vous semblez attacher de l'importance à l'achat de Windows XP pour remplacer Windows 98 et vous avez parfaite-

vous devez disposer d'au moins ¤ pour cette mise à niveau. Pour un tarif à peine supérieur, vous pouvez acheter un Athlon 64 + et une carte mère premier prix comme l'Asrock K8Upgrade 1 Cette carte vous permettra de conserver votre mémoire DDR actuelle, même si cette dernière ne suffit

ment raison. Sans compter que le passage à Windows XP est indispensable à l'exploitation des nouveaux matériels que vous allez acheter, vous profiterez de nombreuses petites améliorations, très agréables dans l'utilisation quotidienne. Pour n'en citer que quelques-unes, vous trouverez une gestion des appareils photo numériques et des webcams, une meilleure prise en charge du multimédia en général, une gestion du matériel bien plus efficace, le plug and play étant désormais une réalité ainsi que le système de fichiers NTFS qui permet notamment de stocker des fichiers de plus de deux gigas. A présent, selon vos connaissances, votre patience et vos besoins informatiques, vous trancherez entre la solution assemblée, plus performante et utilisant exclusivement de bons composants, et les PC de marque, % fonctionnels dès l'achat. D'autre part, en fonction des budgets de chacun, il est intéressant de réaliser cette comparaison de nouveau car l'écart de performances à prix comparable n'est pas toujours le même que celui que nous avons constaté pour 1 ¤ hors écran.

pas à exploiter le plein potentiel d'un processeur moderne. Au passage, faites attention à ne pas trop déséquilibrer votre PC ! Si vous installez un processeur puissant avec trop peu de mémoire et/ou une carte graphique dépassée, vous risquez de ne pas sentir de différence à l'usage.


Mon PC est équipé d'une carte mère MSI P Combo et je voudrais la remplacer par une ASUS P5GDC Deluxe que j'ai pu avoir pour un bon prix en occasion. J'ai actuellement un disque de Go coupé en quatre partitions. Puis-je la remplacer telle quelle, sans rien changer à mon installation ? Si je voulais ajouter, ultérieurement, deux disques en RAID sans toucher au disque actuel, serait-ce possible sans réinstaller le système ? Aurais-je accès aux fonctionnalités telles que le NCQ, l'AAM pour ces deux disques ?

RAID » au lieu des modes « Enhanced » ou « Combined ». Si vous passez à l'un de ces deux modes, dans l'optique d'ajouter des disques en RAID ultérieurement, Windows ne démarrera plus, vous aurez droit à un écran bleu des plus déplaisant.

Le chipset ICH6 permet l'utilisation du NCQ mais sa mise en place est plus complexe que sur les puces nVidia. Il faut activer AHCI et installer le logiciel IAA d'Intel.

Grâce à la P5GDC Deluxe, qui embarque un second contrôleur RAID, vous pourrez toutefois ajouter deux disques en RAID sans avoir à utiliser le contrôleur du chipset en mode RAID. Vous pourrez donc conserver votre système actuel, sur le Go, et pro-

fiter des nouveaux disques durs en RAID sur le second contrôleur. Notez que le second contrôleur ne gère que des disques ATA et non SATA. Enfin, vous pouvez profiter de l'AAM (Advanced Acoustic Management) sur n'importe quel disque, cette fonctionnalité qui permet de réduire le bruit des disques durs n'est pas dépendante des contrôleurs mais du disque lui-même. Pour activer l’AAM, il faut utiliser l'utilitaire fourni par le constructeur de votre disque, un logiciel à utiliser dans un environnement DOS très certainement.

Pourquoi remplacer votre

> carte mère ? L'Asus P5GDC est un excellent modèle, mais la MSI P Combo est quasiment identique. Est-ce justement pour le RAID ? Indépendamment de ce « problème », sachez que la mise à jour d'une carte à l'autre ne devrait poser aucun problème en conservant votre système actuel. C'est surtout vrai avec Windows XP qui digère très bien les changements radicaux de matériel, mais particulièrement dans votre cas puisque vous changez pour une carte mère utilisant le même chipset que l'ancienne. Il y a toutefois un paramètre important à prendre en compte, à savoir le mode de fonctionnement du contrôleur de stockage intégré au southbridge de votre carte Asus. Contrairement à l'ICH6 de la MSI, l'ICH6R de l'Asus offre la prise en charge du mode NCQ (Native Command Queuing) et de différents modes RAID. Toutefois, pour faire fonctionner NCQ et/ou le RAID, il faut opter dans le BIOS pour les modes « AHCI » ou «

Hardware magazine octobre / novembre 05

<13>


Preview

Pour utiliser le CrossFire, un chipset ATi CrossFire Edition est requis, en attendant qu'ATi ouvre sa technologie.

CROSSFIRE :

PREMIER TEST LA RÉPONSE D’ATI AU SLI Carte Graphique

Fin mai, ATi annonçait en grande pompe sa technologie CrossFire équivalente au SLI de nVidia. Aujourd'hui, nous pouvons enfin les comparer, le CrossFire tient-il toutes ses promesses ?

lors que le SLI est maintenant disponible depuis plus un an et permet de disposer soit de la puissance graphique de la génération future soit d'une possibilité d'upgrade plus ou moins intéressante suivant les cas, la réponse d'ATi se faisait attendre. Nous

A

Contrairement au SLI, il suffit de cocher la case CrossFire pour l'activer sans devoir redémarrer le PC, mais nVidia nous promet la même chose avec de futurs drivers.

<14>

Hardware magazine octobre / novembre 05

pensions que cette attente prendrait fin cet été comme l'avait promis ATi, mais il n'en a rien été et voici seulement le CrossFire qui pointe le bout de son nez, 4 mois après son annonce ! Les lancements « papiers » sont courants dans le petit monde de l'informatique et sont utilisés lorsqu'un fabricant a besoin d'annoncer un produit qui n'est pas encore prêt, ce qui était le cas d'ATi. nVidia en avait d'ailleurs fait de même pour le SLI. Développer une technologie multiGPU grand public, c'est-à-dire adaptée à un grand nombre d'environnements et d'applications n'est pas une mince affaire et représente énormément de travail au niveau des drivers, travail qu'ATi n'a débuté que très tard, ce qui explique l'arrivée du CrossFire seulement un an après le SLI qui avait donc bel et bien pris ATi par surprise. ATi développe des solutions multiGPU depuis de nombreuses années, mais uniquement pour des applications professionnelles spécifiques, ce qui est totalement différent de ce qui est proposé avec le CrossFire.

COMMENT ÇA MARCHE ? Le fonctionnement du multiGPU est à la fois simple et compliqué. Simple quand on l'observe de loin : chaque GPU s'occupe d'une partie du travail et l'un d'entre eux, qui remplit le rôle de GPU maître se charge d'assembler le tout. Cela demande donc 3 choses : indiquer à chaque GPU quelle partie du rendu il doit traiter, développer une technique qui permette de transférer le travail de chaque GPU vers le principal et mettre au point un système destiné à combiner les différentes parties du rendu. En y regardant de plus près, chacun de ces points peut être très complexe et réserver quelques difficultés. Faut-il faire travailler chaque GPU sur une image différente ? Faut-il découper l'image entre différents GPU ? Si oui, de quelle manière ? En fait il n'y a pas de réponses à ces questions puisque chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients. Les fabricants de GPU


doivent dont implémenter un maximum de possibilités de rendu différentes afin de pouvoir utiliser la bonne avec chaque jeu, ce qui implique l'utilisation de profils qui sont utilisés tant par ATi que par nVidia. ATi permet de désactiver tous les profils spécifiques via l'option Catalyst AI et de forcer à la place le mode SuperTiling (voir encadré) pour tous les

jeux, alors que nVidia permet de modifier ces paramètres pour chaque jeu et de choisir précisément quel mode de rendu est forcé à la place du mode présélectionné. nVidia permet des réglages avancés plus précis mais en contrepartie, par défaut et pour les applications non reconnues par le driver, le SLI n'est pas utilisé alors que le CrossFire l'est.

Faut-il faire transiter le travail de chaque GPU via le PCI-Express ? Via un connecteur interne ? Via un connecteur externe ? ATi et nVidia supportent le transfert des données via le PCIExpress alors pourquoi chercher plus loin ? Tout simplement parce que bien qu'énorme, la bande passante offerte par le PCI-Express n'est pas suffisante

Performances Far Cry

Splinter Cell 3

Radeon X XT CrossFire

Radeon X XT CrossFire

76

69

76

Radeon X XT

Radeon X XT

72

55

50

38 GeForce GTX SLI

GeForce GTX SLI 70 69

97 GeForce GT SLI

GeForce GT SLI 70 68

84

GeForce GTX

GeForce GTX

71

77

56

50

GeForce GT

GeForce GT

70

64

53

44 GeForce Ultra SLI

GeForce Ultra SLI 70

94

65

67

GeForce Ultra

GeForce Ultra

68

53

45 0

10

20

30

40

38

50

4x / 8x

60

70

0

20

40

60

x

80

4x / 8x

Far Cry est rapidement limité par l'Athlon 64 + utilisé pour ce test autour de 70 FPS. Le driver ATi semble un rien moins gourmand en CPU que celui de nVidia dans Far Cry, ce qui permet à ATi d'être un rien devant, mais cette différence n'est pas significative. En 1 x1 les différentes forces en présence ont donc du mal à se départager, mais une fois l'antialiasing 4x et le filtrage anisotrope 8x activés, des écarts se forment même si les différentes solutions multiGPU peinent toujours à se démarquer.

x

Dans Splinter Cell 3, très peu gourmand en CPU, la situation est totalement différente et les GPU peuvent montrer ce qu'ils ont dans le ventre avec ou sans filtre. SLI et CrossFire affichent des gains très importants puisque tous deux utilisent ici le mode CrossFire, il atteint même le % théorique dans un cas ! Notez que le gain apporté par le SLI est plus important sur que sur ce qui fait que bien que la X XT et la Ultra soient très proches en single GPU, une fois en multiGPU, les X prennent une petite avance.

Colin McRae 05

Splinter Cell 3 - HDR Radeon X XT CrossFire

Radeon X XT CrossFire

91

74

Radeon X XT

Radeon X XT

75 48

38

GeForce GTX SLI

GeForce GTX SLI

85

96

GeForce GT SLI

GeForce GT SLI

81

75 GeForce GTX

GeForce GTX

92

52

53 GeForce GT

GeForce GT

81

43

48 GeForce Ultra SLI

GeForce Ultra SLI 70

62

53

GeForce Ultra

GeForce Ultra 53

34

36 0

20

40

60

80

4x / 8x

x

Dans Colin McRae 05, le CrossFire est aussi efficace que dans Splinter Cell 3 alors que le SLI l'est un peu moins, ce qui permet aux 2 X XT de surpasser les 2 GTX ! Les qui sont nettement moins efficaces que les dans ce jeu sont complètement larguées puisqu'une seule X XT se montre au même niveau que deux Ultra.

0

20

40

60

80

HDR

En mode HDR, les restent devant avec 10 % de mieux pour la GT et 30 % pour la GTX mais les X sont devant les Notez cependant que le HDR d'ATi est loin d'être équivalent à celui affiché par nVidia, par contre les 2 autres effets activés en même temps (le parallax mapping et les ombres adoucies) sont rendus de la même manière.

Hardware magazine octobre / novembre 05

<15>


Preview

Des cartes différentes Que se passe-t-il quand 2 cartes différentes sont associées entre elles ? Si la fréquence diffère, par exemple une X XT PE (/) avec une X XT CE (/), ce n'est pas grave mais il peut arriver qu'une carte ait fini son travail avant et donc doive attendre l'autre carte, mais il peut également arriver que la carte un peu plus rapide ait justement un peu plus de travail sur une image. Autrement dit, ce n'est

pas un gros problème, à moins que la différence ne soit trop importante. Ainsi en admettant que ce soit possible, coupler une XXL (/) à une X XT CE ne permettrait pas de toujours profiter pleinement de cette dernière. Si la différence se situe au niveau du nombre de pixels pipelines, alors, la carte CrossFire Edition en désactive un certain nombre de manière à

s'aligner, ce qui empêche également de profiter pleinement de la carte CrossFire Edition et peut amener à des situations absurdes. Par exemple si vous couplez une X GT (8 pipelines) avec une X CrossFire Edition (16 pipelines), cette dernière abaissera son nombre à 8, vous aurez donc au total un système avec 16 pipelines, soit rien de plus par rapport à la X CrossFire Edition utilisée seule !

Modes de rendu CrossFire ATi propose 4 modes de rendu, le SuperTiling, utilisé par défaut en D3D, le Scissor, utilisé par défaut en OpenGL, l'AFR, utilisé pour tous les jeux qui peuvent en bénéficier étant donné que c'est lui qui augmente le plus les performances, et le SuperAA qui permet d'utiliser les deux cartes graphiques pour améliorer la qualité de l'image.

Le SuperTiling consiste à diviser l'image en un damier de blocs de 32x32 pixels, ce qui permet de répartir la tâche statistiquement sur chaque GPU. Le Compositing Engine se charge de recomposer l'image complète.

L'image est divisée en deux et chaque carte se charge de traiter une des parties, mais la limite est fixée pour chaque jeu via le driver et ne varie pas dynamiquement comme c'est le cas chez nVidia qui propose donc un mode Scissor plus performant. Ici aussi le Compositing Engine se charge de recomposer l'image complète.

Chaque GPU calcule la même image avec un FSAA 4x ou 6x mais ATi profite de son moteur de FSAA programmable pour modifier la position des samples de position utilisés de manière à ce qu'elle différe et soit complémentaire sur chaque GPU, ce qui permet d'offrir un FSAA de qualité double. ATi en profite également pour modifier, en option, la position des samples de couleur de manière cette fois à pouvoir filtrer les pixels shaders qui produisent de l'aliasing et les objets émulés à partir d'alpha tests (comme les grillages). nVidia propose un FSAA similaire mais qui offre globalement une qualité plus réduite parce que la position des samples n'est pas programmable chez nVidia et ne peut donc pas être ajustée pour offrir une qualité optimale. Nous n'avons cependant pas pu tester le SuperAA en pratique étant donné qu'il refusait de s'activer avec les drivers bêta utilisés pour cette preview.

Un GPU se charge de rendre les images impaires et l'autre les images paires, ce qui permet dans certains cas de presque doubler les performances mais cette technique n'est pas utilisable quand certains éléments du rendu sont utilisés sur plusieurs images, à moins de rendre les gains presque nuls dans bien des cas. Elle est donc appliquée uniquement pour les jeux qui peuvent en profiter.

<16>

Hardware magazine octobre / novembre 05


nVidia a opté pour un petit connecteur interne alors qu'ATi s'est orienté vers un câble externe.

La technologie CrossFire repose sur un Compositing Engine qui prend forme sous ces quelques composants, dont une puce FPGA Xylinx.

pour garantir des performances optimales mais ce n'est pas tout, les GPU ne peuvent pas accéder directement l'un à l'autre et doivent passer par le chipset et la mémoire centrale ! Autrement dit quand le GPU 2 envoie son travail au GPU 1, le trajet suivant est effectué (système AMD) : mémoire GPU 2 -> bus PCI-Express 2 -> chipset -> bus HyperTransport -> contrôleur mémoire du CPU -> bus mémoire -> mémoire centrale -> bus mémoire -> contrôleur mémoire du CPU -> bus HyperTransport -> chipset -> bus PCIExpress 1 –> mémoire GPU 1, rien que ça ! Lors de nos tests nous avons pu voir que les 3 bus parcourus (PCI-Express, HyperTransport et mémoire) étaient mis à rude épreuve et limitaient alors les performances. C'est pour cette raison que cette solution n'est utilisée que sur les produits d'entrée de gamme (étant donné qu'ils vont travailler en basse résolution, la bande passante consommée est réduite à FPS égaux) et en dernier recours sur les autres produits. Pour les produits haut de gamme, nVidia et ATi utilisent une connexion dédiée entre les 2 cartes graphiques. nVidia utilise un connecteur SLI interne par lequel passe un bus propriétaire qui relie directement les 2 GPU. ATi, pris de court, a dû développer une solution différente, étant donné que ses GPU ne sont pas prévus pour communiquer directement entre eux, et a opté pour un système externe qui au lieu d'un bus propriétaire utilise la connexion numérique DVI. Si cette solution nous a paru élégante dans un premier temps, elle entraîne en pratique un très gros inconvénient : les sorties DVI des cartes classiques sont limitées au 1 x1 60 Hz (1 x1 60 Hz via une astuce mais qui n'est visiblement pas applicable ici), c'est donc la résolution maximale affichable en mode CrossFire, ce qui est très faible. Les utilisateurs de TFT y trouveront leur compte (sauf s'ils ont un écran plus grand), par contre les utilisateurs de grands CRT seront déçus et bouderont probablement le CrossFire puisque 60 Hz est très désagréable pour beaucoup de personnes.

Comment mixer le travail de 2 cartes quand le GPU n'a pas été prévu pour le faire ? Les , et intègrent dans le GPU de quoi prendre en charge la gestion des 2 GPU, mais les X/X pas. ATi aurait pu bricoler quelque chose au niveau des drivers pour que le GPU puisse s'en charger, mais les performances auraient été désastreuses. La solution se présente sous la forme d'un Compositing Engine qui s'occupe de piloter les 2 GPU, il n'y a donc pas vraiment de GPU maître chez ATi, mais bien une carte graphique maîtresse puisque ce Compositing Engine est intégré sur des cartes spéciales, appelées Radeon X ou X CrossFire Edition. Le premier GPU est bien entendu relié au Compositing Engine sur le PCB de la carte graphique CrossFire Edition et le second l'est via la connexion DVI. Il faut disposer de l'une de ces cartes et d'une carte classique pour pouvoir faire fonctionner la technologie CrossFire, ce qui réduit la flexibilité de la solution d'ATi. Mais d'un autre côté, ATi permet de coupler n'importe quelle X avec la X CrossFire Edition ( et Mo) et n'importe quelle X avec la X CrossFire Edition. Au passage, nous ne comprenons pas pourquoi une X ne pourrait pas fonctionner avec une X CE et inversement, mais c'est pourtant bel et bien le cas, probablement à cause d'une limitation au niveau des drivers, ce qui entraîne parfois des situations étranges : par exemple, une X GTO (milieu de gamme) basée sur une puce R sera reconnue comme une carte « X Series » et fonctionnera donc avec une X CE (haut de gamme) mais pas avec une X CE.

CROSSFIRE TUEUR DE SLI ? Si on s'arrête aux graphes de performances et aux modes de rendu, on pourrait penser que oui, mais tout n'est malheureusement pas si rose en pratique. Actuellement, le CrossFire n'est utilisable qu'avec une carte mère équipée d'un chipset ATi Xpress CrossFire Edition pour CPU Intel ou AMD. Ce chipset dont nous

vous parlerons plus en détail dans un futur test complet du CrossFire dispose de peu de fonctions et affiche des performances limitées dans certains cas spécifiques, bien qu'en pratique il n'y ait pas de différence sensible dans la majorité des cas. La carte mère de test qu'ATi nous a fournie nous a posé quelques problèmes, notamment un refus de booter avec certains modules mémoire. Les problèmes ne se sont pas arrêtés là avec entre autres un système CrossFire qui a refusé l'affichage sur moniteur CRT (nous avons donc utilisé un TFT) et divers bugs dans les drivers (par exemple le SuperAA qui ne fonctionnait pas). Ces différents problèmes que nous avons rencontrés sont peut-être liés au matériel de test non final que nous avons eu entre nos mains mais ceux-ci couplés à une sérieuse limitation qui est l'affichage en 1 x1 60 Hz nous amènent à vous conseiller de ne pas vous précipiter vers un système CrossFire avant que celui-ci n'ait été testé plus en détail et qu'ATi ait pu corriger, en tout cas on l'espère, ces petits défauts de jeunesse. Une fois cela corrigé et bien que la prestation au niveau des performances du CrossFire soit excellente, il restera à se poser la question de l'intérêt de s'équiper de tant de puissance graphique sans le support des dernières technologies telles que le blending FP16 (utilisé dans les modes de HDR avancés) et les Shader qui font défaut aux X/X Si vous recherchez de meilleures performances dans les jeux actuels et disposez déjà d'une X/X 16 pipelines, le CrossFire devrait être une solution intéressante, mais si vous préférez regarder vers l'avenir mieux vaudra vous équiper d'une carte graphique qui prend en charge les dernières technologies, c'est-àdire une GeForce ou une Radeon X qui supportera bien entendu le CrossFire sans, on l'espère, la limitation du 1 x1 60 Hz.

Hardware magazine octobre / novembre 05

<17>


Acheter

CREATIVE LABS X-FI : LA RÉVOLUTION DU SON ?

Les cartes équipées de rack sont pourvues d’une télécommande IR.

Carte Son

Avec le X-Fi, Creative Labs espère apporter un souffle nouveau sur le domaine des cartes son. Mais s’agit-il d’une véritable révolution ou plutôt d’une évolution de l’Audigy ? vec l’Audigy 4 Pro et les Audigy 2, Creative Labs disposait déjà des cartes son grand public les plus évoluées du moment. On peut même d’ailleurs affirmer qu’elles étaient sous-exploitées par les jeux dont la partie audio commence à peine à être développée de façon un tant soit peu intéressante. Mis à part quelques améliorations possibles par ci par là, on peut donc se demander ce que peut nous apporter concrètement le X-Fi, nouvelle puce fer de lance de Creative Labs.

A

LE SON 24 BITS/ KHZ TOUJOURS D’ACTUALITÉ Au menu des fonctionnalités, le X-Fi reprend toutes les avancées établies par l’Audigy 2. On retrouve donc le sup-

Chaque mode dispose de son panneau de configuration différent.

<18>

Hardware magazine octobre / novembre 05

port 24 bits/ kHz en lecture et l’enregistrement en 24 bits/96 kHz maximum via les entrées analogiques ou numériques. Le son est toujours d’actualité ainsi que le décodage Dolby Digital EX et le DTS ES qui s’effectuent toujours via les drivers. La résolution native du DSP est toujours à 48 kHz et les cartes sont fournies avec des drivers ASIO Côté jeux, on retrouve toujours un moteur d’effet matériel très performant ainsi que le support de toutes les normes EAX jusqu’à la version , cette dernière étant exclusive à la gamme X-Fi. Pour les absences par rapport à la gamme Audigy, on notera par contre la disparition du port SB sur les cartes.

51 MILLIONS DE TRANSISTORS SUR LE X-FI Côté technique, Creative Labs tente de renouveler son approche de la carte son et y adjoint tout un jargon emprunté au monde des processeurs graphiques. On parle donc toujours de résolution, de qualité des convertisseurs, de rapport signal/bruit mais aussi de puissance de calcul, de nombre de transistors ou encore de fréquence du core. D’un point de vue utilisateur, cela ne change strictement rien, la carte produit toujours du son et c’est justement ce qu’on lui demande. Sachez tout de même que la puce X-Fi ne contient pas moins de 51 millions de transistors, alors que l’Audigy 2 n’en contenait que 4,61 millions. On notera tout de même qu’une grosse partie de la puissance de calcul est utilisée

par les opérations du Sample Rate Converter. Une opération de SRC est nécessaire lorsque le DSP reçoit un signal qui n’est pas dans son taux d’échantillonnage natif. Pour les DSP Creative Labs, ce taux d’échantillonnage natif est de 48 kHz. Si l’on a en entrée un signal en 44,1 kHz, il faut donc préalablement le traiter afin qu’il arrive au DSP dans la bonne résolution. Sur les Audigy 2, cette opération était réalisée par une puce Cirrus Logic, sur le X-Fi, elle est réalisée en interne, mais cela est totalement transparent pour l’utilisateur.

DES PILOTES REMIS AU GOÛT DU JOUR Depuis la SbLive !, les utilisateurs ont toujours pesté contre la faible ergonomie des interfaces des cartes Creative Labs. On avait en effet une succession de modules assez importante et confuse ainsi que certaines options importantes qui se trouvaient dans des emplacements suffisamment confidentiels pour que l’utilisateur lambda ne les trouve jamais. De plus, nous avions remarqué que les modules étaient extrêmement lourds d’un point de vue ressources système. Avec le X-Fi, cette période est achevée puisque les cartes bénéficient de ce que Creative Labs nomme architecture modulaire. Derrière ce nom se cache une idée simple : selon ce que l’on fait, la carte son n’a pas besoin de charger des pilotes pour l’ensemble de ses fonctionnalités. Ainsi, l’interface propose trois modes : jeu, création et entertainment (musique et lecture de film).


Résultats RMAA 16 bits/44,1 kHz Carte

Audigy 4 Pro

Bande passante de 40 Hz à 15 kHz Rapport signal bruit (dB(A)) Dynamic range (dB(A)) THD (%)

+0,13 ;-0,14

+0,05 ;-0,01

X-Fi Elite Pro

,2

,8

95,7

94,7

0,

0,

En 16 bits/44,1 kHz, l’Audigy 4 Pro atteint la limite théorique de cette résolution, impossible pour le X-Fi de faire mieux.

Résultats RMAA 24 bits/96 kHz Carte

Audigy 4 Pro

Bande passante de 40 Hz à 15 kHz Rapport signal bruit (dB(A)) Dynamic range (dB(A)) THD (%)

+0,09 ;-0,11

+0,02 ; -0,00

X-Fi Elite Pro

,0

,3

99,9

,0

0,

0,

Battlefield 2 *

Mode DS3D Low EAX ON Mode DS3D Ultra High EAX ON

Realtek HDA ALC ,8 ,2

Audigy 4 Pro

Le driver OpenAL du X-Fi reste à l’aise malgré l’augmentation du nombre de voix.

Dans chaque mode, l’interface unifiée offre un aspect différent : petite console simplifiée pour le mode jeu, platine hi-fi pour le mode entertainment et console de mixage pour le mode création. Le principe est simple et efficace et on a toujours toutes les options nécessaires sous la main, ce qui est une amélioration conséquente par rapport aux gammes précédentes.

L’OPENAL MIS EN AVANT Du côté du son 3D dans les jeux, Creative Labs est peut-être en train de jouer gros avec le X-Fi. En effet, d’après les dernières informations dont nous disposons, le prochain système d’exploitation de Microsoft devrait faire une croix sur l’audio accélérée de façon matérielle. Windows Vista disposera de son propre moteur de son 3D qui fonctionnera sur les ressources du processeur central. On n’aura donc besoin que de convertisseurs pour faire sortir le son du PC et les DSP comme ceux des Audigy 2 ou du X-Fi deviendraient inutiles. Afin d’éviter ce désastre, Creative Labs remet au goût du jour l’OpenAL. Cette API ouverte et multiplate-forme peut en effet tirer parti des cartes qui offrent une accélération matérielle et elle est compatible avec l’EAX. Sa particularité est d’être totalement indépendante de DirectSound 3D, et donc d’offrir une approche plus souple, mieux optimisée et de ne pas pâtir de la disparition éventuelle de

l’API de Microsoft. Creative Labs a donc opté d’une part pour l’intégration d’un driver OpenAl natif sur le X-Fi et d’autre part pour la promotion de cette API auprès des développeurs de jeux. Parmi ces derniers, ceux de Battlefield 2 ou de l’Unreal Engin (UT par exemple) ont déjà fait le pas. Les Audigy 2 fonctionnaient déjà avec un driver OpenAL mais celui-ci offrait des performances inférieures au driver DirectSound 3D, ce qui n’était pas satisfaisant. Nous avons effectué plusieurs tests sous UT afin de comparer et d’évaluer les améliorations apportées par le X-Fi en OpenAL. Sur l’Audigy 2, passer de DS3D à OpenAL fait perdre 5,5 % de performances alors que sur le X-Fi, on gagne 3 % de performances supplémentaires. Les benchmarks synthétiques nous ont apporté des résultats similaires et montrent en particulier que le X-Fi est bien

,1

X-FI Elite Pro ,9 ,4

0

50

FPS

Les performances du X-Fi sont similaires à celles de l’Audigy 2 dans les jeux actuels.

plus à l’aise que l’Audigy 2, et par défaut que n’importe quel chipset intégré à ce jour, lorsque l’on dépasse les 32 voix de son 3D simultanées.

DE LA MÉMOIRE EMBARQUÉE SUR LES CARTES SON Car la promotion de l’OpenAL passe également par un accroissement des possibilités offertes aux développeurs pour les jeux. L’utilisation de son haute

La version Elite pro dispose de convertisseurs plus performants que les autres cartes de la gamme X-Fi.

Hardware magazine octobre / novembre 05

<19>


Acheter

UT

et va travailler à partir de la source en stéréo, que ce soit pour un film, de la musique ou un jeu. C’est donc l’algorithme qui va décider où placer les différents sons en fonction de leur nature. En pratique, cela fonctionne bien, et même très bien en conjonction avec un casque. Il est en effet dommage lorsque la nuit survient de devoir se passer d’un bon son surround dans les jeux ou dans les films, avec le CMSS 3D et un bon casque, on peut désormais en profiter sans problème.

Audigy 4 Pro X-FI Elite Pro

OpenAL

DS3D

LE 24 BITS CRYSTALIZER

0

10

20

30

40

50

60

70

80

90

FPS

Le X-Fi permet un gain de performances grâce à son optimisation OpenAL.

Realtek HDA ALC

Utilisation CPU - RightMark 3DSound

Audigy 4 Pro X-FI Elite Pro

DS3D+EAX 60 voix

DS3D+EAX 32 voix

DS3D+EAX 24 voix

DS3D+EAX 16 voix

0

1

2

3

4

5

%

Les cartes Creative Labs demeurent la référence en termes d’impact sur les performances.

résolution ainsi que l’augmentation du nombre de flux normalement utilisés dans les jeux est un argument avancé par Creative Labs en faveur du X-Fi. Ainsi, ce dernier offre un support pour voix DS3D ou OpenAL simultanées dans les jeux. De plus, Creative Labs propose dans les versions haut de gamme (Fatal1ty et Elite Pro) des cartes dotées de 64 Mo de mémoire embarquée. Cette mémoire SRAM, nommée X-RAM, va permettre pour les jeux dont la partie audio est codée en OpenAL de charger les sons directement dans la carte et de les rendre rapidement accessibles par le DSP, sans latence et sans aucune perte de performances au niveau du processeur central, de la mémoire ou du disque dur. Pour que la X-RAM fonctionne, il faudra par contre que cette éventualité soit prévue par les développeurs, car sinon, elle ne servira à rien.

LE CMSS 3D EN FORCE Avec le X-Fi, Creative Labs a aussi remis au goût du jour les algorithmes du CMSS 3D. Ce jeu d’algorithmes qui permet de virtualiser le son en trois dimensions existe sur les cartes son et les décodeurs AC-3 du fabricant depuis l’époque de la SBLive !. Mais il bénéficie aujourd’hui du savoir-faire des technologies de Sensaura qui ont été rachetées cette année par Creative. Lorsqu’il est activé, le CMSS 3D pour casque crée 8 haut-parleurs virtuels qui vont permettre de restituer un son surround. Cela fonctionne également avec des enceintes surrounds mais d’une autre manière. Dans ce cas, le driver va supplanter l’aspect multicanal de la source,

<20>

Hardware magazine octobre / novembre 05

Autre nouveauté sur le X-Fi, le 24 bits Crystalizer. Cette technologie applicable à toutes les sources est un jeu d’algorithmes semblable à un compresseur multibande qui est censé améliorer la qualité de restitution des fichiers audio, et en particulier des sources compressées avec un codec lossy comme le MP3. Il s’active depuis la console de configuration des modes jeu et entertainment et propose différents degrés d’application allant de 0 à En pratique, nous avons trouvé ce principe assez efficace dans les jeux ou dans les films car la compression donne du punch au son. Par contre, les mélomanes s’en passeront sûrement pour l’écoute de musique car il dénature le son de façon significative, les basses et les hautes fréquences. On perd donc en fidélité ce que l’on gagne en percussion, ce qui ne nous a pas semblé forcément avantageux.

CONCLUSION La gamme X-Fi est déclinée en quatre cartes son : Xtrememusic, Platinum, Fatl1ty et Elite Pro dont les prix sont respectivement de ,99, ,99, ,99 et ,99 euros TTC. La Platinum et la Fatal1ty offrent un rack interne 5’’1/4, mais seule cette dernière intègre de la X-RAM. L’Elite Pro en intègre également et elle est accompagnée d’un imposant rack externe qui offre une multitude d’entrées et sorties. Dans l’immédiat, l’upgrade vers le X-Fi depuis une Audigy 2 ou 4 Pro ne semble pas être justifiée car seules les fonctionnalités telles que le CMSS 3D ou le 24 bits Crystalizer procurent une différence immédiate par rapport à l’ancienne gamme. La qualité de restitution n’a pas évolué en 16 bits/44,1 kHz, soit pour la majorité du contenu actuel, et peu de jeux tirent parti des possibilités en OpenAL des cartes X-Fi. Mais ce sont par contre des cartes de choix pour ceux qui veulent se passer de leur chipset intégré ou d’une carte son d’entrée de gamme.


JWT

TELE2, PLUS DE DÉBIT POUR LE MÊME PRIX, VOILÀ QUI NE VOUS LAISSE PAS LE CHOIX.

ADSL jusqu’à 20 méga

14,85 €

ADSL jusqu’à 20 méga (1)

téléphone illimité

(1)

local et national

24,85 €

Prix TTC/mois. Avec présélection à la téléphonie. Débit maximal valable en zones dégroupées

L’ADSL TELE2 INTERNET, c’est tous les avantages de l’ADSL associés à des tarifs qui font la renommée de TELE2 • Disponibilité permanente de votre ligne téléphonique • Durée de connexion, volume d’envoi et réception de données illimités • Pas de frais de mise en service • Décidément, il est temps de passer à l’ADSL avec TELE2 INTERNET !

bringdadabeer.com 2 .fr 0 04 11 52

Inscription en ligne sur ou au

Le piratage nuit à la création artistique (loi du 21 juin ). Tarifs au 07/07/ (1) Offre disponible uniquement en zones dégroupées par bringdadabeer.com mensuel TTC valable pendant un an (au-delà majoration de 5€ TTC/mois), sous réserve de la souscription au service de téléphonie avec Présélection (sans souscription ou en cas de résiliation ultérieure de la Présélection, tarif majoré de 5,10 € TTC/mois) et de l’éligibilité de la ligne au service TELE2 ADSL, hors frais de résiliation (96€ TTC, diminué de 3 € pour chaque mois calendaire entier écoulé entre les dates d’activation et de résiliation) et, le cas échéant, hors location du modem (2,5 € TTC/mois). Débits ATM maximaux disponibles en fonction des caractéristiques de la ligne téléphonique : de 20 Mb/s à kb/s en voie descendante et de kb/s à kb/s en voie ascendante. Pour le téléphone illimité : offre réservée aux particuliers pour un usage personnel et familial. Forfait mensuel d’une durée illimitée, applicable 7j/7 et 24h/24 aux appels vers un téléphone fixe, en France métropolitaine, hors : numéros spéciaux, numéros d’accès à internet et télécopie. Les appels non compris dans le forfait sont facturés selon le tarif de base TELE2 en vigueur. Services disponibles séparément: pour plus de renseignements, contacter TELE2 au 0 04 11 52 (appel gratuit) ou sur bringdadabeer.com (*) Source : L’Ordinateur Individuel n° daté avril


Acheter

SHUTTLE SD31P : LE DUAL CORE DANS UN MINIPC Shuttle

Après ses excellents SB81P, SB95P et SN25P, Shuttle continue sur sa lancée et présente le premier miniPC du marché supportant les processeurs Intel dual core, le SD31P. Basé sur le châssis des précédentes versions, ce nouveau modèle a-t-il des arguments qui justifient son prix élevé de euros ? huttle est bien seul sur le marché des miniPC, et en dehors de Soltek qui propose quelques alternatives intéressantes, rares sont les constructeurs qui peuvent lui faire de l’ombre. Après l’annonce d’un imminent modèle SLI, l’arrivée du SD31P creuse un peu plus l’écart avec la concurrence car il est le seul à supporter les processeurs dual core d’Intel. Construit autour d’une carte mère à base de chipset iG/ICH7R, le SD31P supporte n’importe quel processeur Intel sur socket tel que les

S

Grâce à sa bonne conception, le SD31P est très simple à assembler. Dommage qu’il n’ait pas été prévu pour recevoir les 7 GTX. Elles ne rentreront qu’en enlevant le cache plastique placé contre le heat pipe.

Vous pouvez constater la présence astucieuse du Clear CMOS et d’un port SATA sur la face arrière du boîtier.

<22>

Hardware magazine octobre / novembre 05

Pentium 4, les Pentium D dual core et les Celeron D, à l’exception des processeurs dual core Extreme Edition qui ne peuvent fonctionner que sur des chipsets ix. Sa carte mère n’a pas à rougir face à un modèle ATX classique puisqu’elle intègre de base une carte graphique Intel GMA, une carte son Creative Sound Blaster Live ! 24 bits, une interface réseau 10//1 Mbps, le support du NCQ et des modes RAID 0,

1, 5, 10, JBOD, le FireWire , l’USB , un port série, ainsi que deux slots PCI-Express 16x/1x et deux slots mémoire DDR2 acceptant des barrettes de et MHz. Côté stockage, le SD31P compte un slot IDE, un slot pour un lecteur de disquettes, et quatre ports SATA II dont un est déporté sur la face arrière du boîtier. Celui-ci dispose d’une alimentation W, d’un lecteur de cartes mémoire 8 en 1, et peut


Fiche Technique Caractérisques

Le montage des unités de stockage ne nécessite aucune vis, juste des rails en plastique fournis dans le packaging.

contenir trois unités 3,5 pouces et une 5,25 pouces. La configuration du SD31P est donc alléchante et permet de se monter une machine dernier cri apte à n’importe quelle activité.

par ailleurs la présence astucieuse d’une alimentation adéquate pour les cartes graphiques récentes, ainsi que quatre prises d’alimentation supplémentaires, deux Molex et deux SATA.

TOUJOURS AUSSI FACILE

ÇA SOUFFLE !

L’assemblage du SD31P est un plaisir. Entre l’agencement intelligent du boîtier, le montage sans vis des unités de stockage et la bonne prédisposition du câblage, la configuration se monte en une petite dizaine de minutes avec la notice sous les yeux. L’usage de rails amovibles en plastique à fixer sur les disques durs et le lecteur CD/DVD facilite grandement la tâche, tout comme la position en hauteur des deux baies 3,5 pouces. Vous n’aurez besoin d’un tournevis que pour le heat pipe du processeur et les éventuelles cartes PCIExpress. Les joueurs auront sans aucun doute besoin d’ajouter une carte graphique car si l’Intel Graphics Media Accelerator est suffisante pour bon nombre d’applications, elle montre vite ses limites dans les jeux récents. Pour avoir une idée précise, l’Intel GMA vaut à peu de chose près une 6 TurboCache. L’espace disponible dans le boîtier pour la carte graphique est un peu maigre et ne conviendra pas à n’importe quel modèle. Vous pouvez d’ores et déjà oublier les cartes occupant deux slots PCI qui sont gênées par la grande baie amovible, ainsi que les versions avec des refroidissements trop volumineux qui condamnent le port PCI ou empêchent la fermeture du boîtier. Pour être certain de ne pas faire d’erreur, il faut opter pour une carte graphique compacte et classique. Notez tout de même qu’une 6 Ultra simple slot rentre parfaitement, comme les 7 GT, mais il ne sera pas possible de fixer une 7 GTX (une plus longue que la GT) sans enlever le cache plastique placé contre le heat pipe et qui est là pour diriger le flux d’air frais entrant vers le premier ventilateur du caloduc (cette remarque est aussi valable pour les SB81P (i), SB95P (i) et SN25P (nForce4)). On notera

Le SD31P a beau compter 5 ventilateurs au total (deux 60 mm pour les disques durs, un 80 mm pour l’alimentation, un 80 mm et un 60 mm autour du heat pipe), il a eu du mal à refroidir silencieusement notre configuration et son Pentium D Les températures ne deviennent correctes que lorsque les ventilateurs sont réglés au maximum, et c’est alors très pénible pour les oreilles. Avec des modes moins agressifs, le SD31P sait se faire beaucoup plus discret, mais le refroidissement n’est pas suffisant et la chaleur envahit le boîtier. Les unités de stockage montent alors vite en température, en particulier celle placée dans la baie 3,5 pouces centrale. Si l’on met en revanche un Pentium 4 ou un Celeron à la place du dual core, le ratio refroidissement/silence devient bien meilleur et correspond à celui des SB81P et SB95P. Le SD31P n’est donc pas recommandable pour les processeurs dual core en raison d’un système de refroidissement inadéquat pour ces CPU qui chauffent beaucoup. Et même pour un autre Pentium au socket , son prix de euros l’empêche d’avoir un bon rapport qualité/prix. Mieux vaut opter pour un SB81P et économiser une petite centaine d’euros. Et si seul le dual core vous intéresse, dirigez-vous plutôt vers le SN25P qui supporte les processeurs AMD Athlon 64 X2 après mise à jour du BIOS de la carte mère.


  • Tengo john multicolore mixtape
  • Myth iii the wolf age
  • Match complet canadiens de montreal
  • Little miss sunshine ement musique
  • Triple go machakil
  • Gemma hayes wicked game
  • Plateforme de de jeux pour mac