Téléchargement Gratuit ZoneTelechargement

..

Sur lentraineur 2017

Telecharger sur lentraineur 2017

Aide


Vous devez vous inscrire afin de télécharger
Veuillez créer un compte gratuitement sur Torrent9 pour accéder aux téléchargements illimités et au streaming !

Au début, tout n’était qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté. Il a suffi d’une chamaillerie de cour d’école – «C’est moi qui tire le péno! – Non, c’est moi, j’l’ai vu en premier» – pour que la face cachée d’une équipe de football de haut niveau explose dans toute sa puérile complexité. Aussitôt des articles ont jailli, rappelant le passé de coupeur de têtes de l’un, l’incidence de chaque but sur la position et la rémunération de l’autre, le traitement de «l’affaire» sur les réseaux sociaux, le potentiel de nuisance à l’interne, les éventuelles conséquences au mercato d’hiver.

En empilant les stars à la pointe de son attaque, le Paris Saint-Germain n’a pas donné de maux de tête qu’aux défenseurs adverses. Le trio Neymar-Cavani-Mbappé, c’est trois ego dans un même maillot, «trois coqs dans le même poulailler», aurait dit Johan Cruyff. Bon courage à Unai Emery pour désamorcer tout ça.

Le métier d'entraîneur transformé

L’entraîneur espagnol a publiquement évoqué «une solution amiable» à trouver «entre gentlemen». Dans le secret du vestiaire, son discours sera sans doute plus ferme, moins diplomatique. Emery joue gros et il le sait. De sa capacité à faire cohabiter ses stars et à garantir leur adhésion au projet collectif dépend sa réussite future à la tête du PSG. Et son admission, pour l’heure provisoire, au cercle des coaches capables de diriger des grands clubs.

La mutation accélérée du monde du football a affecté le métier d’entraîneur. L’écart toujours plus grand des moyens, des budgets et des salaires a créé un schisme: entraîner Villarreal, Lyon, Everton ou Udinese n’est pas le même métier qu’entraîner le Real Madrid, Chelsea, le PSG, le Bayern ou la Juventus.

Dans une entreprise, vous gérez des compétences alors que dans le football vous gérez des talents

Ce n’est pas que l’un a plus ou moins de mérite que l’autre; c’est juste que ce sont deux fonctions faisant appel à des capacités différentes. «Pour avoir connu des grands clubs et des petits clubs durant ma carrière, je peux vous dire que ça n’a rien à voir», affirme l’ancien footballeur français Jérôme Rothen, passé notamment par Troyes, Monaco et le PSG. «A Troyes, le style parfois très dur d’Alain Perrin galvanisait les joueurs. Il savait à la fois les mettre en confiance et les bousculer. A l’OM, ce même discours ne passait plus, parce que les joueurs, qui avaient un autre vécu et aussi un autre ego, se braquaient. Pareil avec Guy Lacombe: il a réussi avec Sochaux et Guingamp mais au PSG et à Monaco, c’était la cata.»

Le PSG, le journaliste Michel Denisot l’a présidé dans les années après avoir dirigé le service des sports de Canal +. Lui aussi a senti la différence. «Dans une entreprise, vous gérez des compétences alors que dans le football vous gérez des talents», expliquait-il à GQ. A haut niveau, le management d’une équipe de football est d’abord une affaire de management avant d’être une question de football. Et si les entraîneurs des grands clubs sont aujourd’hui entourés d’une batterie d’assistants et de spécialistes, et si certains, et non des moindres, ne dirigent que rarement les entraînements proprement dits, ils demeurent seuls face à la presse et au groupe.

Le vestiaire de Chelsea ou du Real, c’est 22 millionnaires devant vous et vous devez être hyper attentif, vigilant, précis, parce que vous pouvez perdre votre autorité à chaque instant

Nommé à Paris en juillet après de brillants résultats au FC Séville, Unai Emery a très vite compris qu’il n’arrivait pas en terrain conquis. «Dans ces équipes peuplées de footballeurs qui ont tant gagné, les joueurs observent beaucoup l’entraîneur. Ce sont les premiers à te juger. Je sais qu’ils m’ont à l’œil, reconnaissait-il fin dans une interview à El País. Je ne m’occupe pas vraiment de l’extérieur, mais de l’intérieur. Ce qui m’importe, c’est d’être crédible face aux joueurs. Que pour eux, je sois un professeur, qui leur enseigne des choses.»

Ses compétences techniques constituent une qualité nécessaire (car les joueurs ont une connaissance très pointue de leur métier) mais non suffisante. «Entraîneur est aujourd’hui le métier le plus difficile dans le sport, estime le Lucernois Ilja Kaenzig, directeur général du FC Sochaux-Montbéliard en Ligue 2. Les joueurs gagnent beaucoup d’argent, posent des questions. Le vestiaire de Chelsea ou du Real, c’est 22 millionnaires devant vous et vous devez être hyper attentif, vigilant, précis, parce que vous pouvez perdre votre autorité à chaque instant. Il faut pourtant être capable d’exiger un rendement.»

La petite caste des entraîneurs de grands clubs

Face à cette situation, les top clubs limitent les risques en ne choisissant leur entraîneur qu’au sein d’une petite caste de grands noms. Mourinho, Guardiola, Ancelotti, Simeone. Si Conte, Klopp ou Allegri ont remplacé van Gaal, Hiddink et Capello, les places sont chères. Emery est sur liste d’attente, comme Jardim et peut-être Lucien Favre. Encensé par tous, Marcelo Bielsa n’y aura pas accès, trop imprévisible.

A quoi reconnaît-on un entraîneur de grand club? A son physique, d’abord. Impossible pour lui de porter le bonnet de Guy Roux, et même la cravate club d’Alex Ferguson. C’est costume cintré pour tout le monde, le look Hedi Slimane en coloris noir, bleu nuit ou anthracite. Il faut être mince, entretenir son corps, se teindre les cheveux, s’en replanter même, sauf à porter la calvitie avec la classe de Pep Guardiola ou le poivre et sel comme Mourinho. Le prix à payer à l’ère de la communication. Sven-Göran Eriksson poussa même le mimétisme jusqu’à avoir autant de conquêtes féminines que ses joueurs.

Le salaire, un moyen d'obtenir le respect du vestiaire

Ces grands entraîneurs sont désormais payés à l’égal ou presque des plus grands joueurs, une manière d’obtenir le respect du vestiaire. Une autre solution, moins coûteuse, est de faire en sorte que l’institution soit toujours plus importante que les joueurs. C’est mal parti au PSG, mais le FC Barcelone n’a pas peur de faire confiance à des entraîneurs sans pedigree, pour peu qu’ils soient du cru.

Le Real Madrid, après s’être trompé sur Rafael Benitez (qui a perdu sa carte de membre de top manager en même temps que son poste), a touché le jackpot en janvier avec Zinedine Zidane. Le Français est tout à la fois un grand nom et un produit maison issu de l’équipe réserve, un technicien influent qui a su imposer sa patte et un manager habile qui a, l’air de rien, remanié l’effectif du club, préparé l’avenir et ménagé la susceptibilité de ses stars.


  • Le plugin animated frames minecraft
  • Ordinateutr r n e pas itune
  • Film pour adulte avec
  • Ement microsoft 365 business
  • Logiciel dinstallation bbox
  • Ne peux plus avec u sur cpas bien
  • Efface teri terry ebook
  • Pilote sl9400 intel core 2 duo